La brigade franco-allemande dans EUTM Mali

La brigade franco-allemande dans EUTM Mali

Share
Les Espagnols qui assurent la protection de EUTM Mali seront-ils remplacés par les Allemands de la BFA (ici, véhicules de la "force protection sur le fleuve niger, crédit : EUTM Mali)

Les Espagnols qui assurent la protection de EUTM Mali seront-ils remplacés par les Allemands de la BFA (ici, véhicules de la « force protection sur le fleuve niger, crédit : EUTM Mali)

(BRUXELLES2) L’Allemagne pourrait s’impliquer plus largement en Afrique, à commencer par la mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM Mali) comme le rapporte notre homologue outre-Rhin, Augengeradenaus. La Brigade franco allemande pourrait ainsi être engagée. Elle servirait soit de « protection de force » au quartier général à Bamako ou au camp de formation Koulikoro, soit pour les formateurs, soit les deux.

Si aucune décision officielle n’a été annoncée – on est au stade de la planification militaire indique le Spiegel Online – celle-ci est assez avancée. Des éléments du 295e bataillon d’artillerie de Immendingen et du 292e bataillon de chasseurs de Donaueschingen pourraient être engagés. Cet engagement allemand aurait lieu dans la seconde phase de EUTM Mali (EUTM Mali II). Les soldats de la Bundeswehr viendraient ainsi relayer les Belges et Espagnols. Ce qui pourrait les libérer pour d’autres missions comme Eufor Rca Bangui ?

D’autres initiatives pourraient être annoncées par les ministres allemands des Affaires étrangères comme de la Défense. Ursula Von der Leyen sera à Paris ce lundi, pour voir son homologue Jean-Yves Le Drian. Le lendemain, ce sera au tour de Franz-Walter Steinmeier de voir Laurent Fabius…

Commentaire : Les deux phrases de François Hollande sur la relance du couple franco-allemand (Lire : Avec Angela, c’est du sérieux !) n’étaient pas seulement des mots jetés en l’air. Incontestablement, entre Paris et Berlin, maintenant que les élections fédérales sont passées et qu’un gouvernement de coalition CDU – SPD est en place à Berlin, il y a la volonté de renouer avec une place de premier plan en Europe pour la France et l’Allemagne. Comme l’avait confié à B2 plusieurs diplomates français à Bruxelles, « nous travaillons avec nos homologues allemands sur tous les dossiers pour essayer d’accorder au maximum nos positions et, au moins, ne pas laisser éclater nos divergences ».