Des avions européens en renfort pour l’opération Sangaris (Maj5)

Un C130 Hercules de l'armée belge (crédit : ministère belge de la Défense)
Un C130 Hercules de l’armée belge (crédit : ministère belge de la Défense)

(BRUXELLES2, exclusif) Plusieurs pays européens devraient venir en soutien de l’opération française en Centrafrique. Le commandement français a fait passer à différentes capitales « amies » une liste de besoins et matériels nécessaires. Parmi ceux-ci, certains besoins seraient particulièrement listés : 1) le transport stratégique (de France vers le terrain), 2) le transport tactique (des avions sur place pour convoyer troupes et matériels en république Centrafricaine et dans les « pays avoisinants »), 3) des moyens d’évacuation médicale (Medevac) de type essentiellement hélicoptères, 4) des ravitailleurs.

A Eindhoven, le commandement européen de transport aérien (EATC) est mobilisé. Et selon les demandes, différents avions pourraient recevoir un ordre de mission vers le Centrafrique. Tout dépendra alors de l’accord des différents Etats membres. Un A340 français, de l’escadron « Esterel » stationné à Creil a déjà décollé de l’aéroport Paris Charles de Gaulle, avec à son bord 35 soldats et leur équipement. Après une escale à Istres (Marseille) où il a pris en charge 180 soldats de plus et 5 tonnes de matériel supplémentaire, il a atterri à Bangui.

La Belgique

Les Belges pourraient mettre à la disposition des Français un Airbus A330 pour le transport stratégique et un ou plusieurs Hercules C130 pour le transport tactique, selon nos informations. Le « Kern » (qui réunit les différents responsables de majorité) devrait se réunir demain (vendredi) pour décider d’une participation ou non, en réponse à la demande française. Ce qui ne signifie pas une mise à disposition immédiate, pour tous ses moyens, a précisé à B2 un expert des affaires militaires. L’Airbus A330 est ainsi déjà au Congo en train d’effectuer le retour des paras belges de retour de mission. Le gouvernement devra aussi se prononcer s’il accepte la demande française d’aller non seulement sur place en Centrafrique mais aussi dans les pays environnants (Tchad, Cameroun…). (Maj5) Le sujet a été reporté à un autre « kern » dans la semaine.

On se souvient que les Belges avaient été parmi les premiers et surtout les plus volontaires des alliés européens pour soutenir l’opération Serval au Mali, allant parfois avec leurs C130 là où d’autres ne pouvaient pas aller (Lire : Opération Serval. Un C130 danois au Mali. Une aide logistique allemande… Et la Belgique)

Le Royaume-Uni

Le C17 chargeant les véhicules blindés (crédit : ministère Fr de la Défense / DICOD)
Le C17 chargeant les véhicules blindés (crédit : ministère Fr de la Défense / DICOD)

Signalons également que les Britanniques devraient mettre à disposition des Français des avions de transport stratégique C-17. Un porte-parole du ministère de la Défense l’a affirmé jeudi (5 décembre). Mais il n’y aura « pas de troupes au sol » a précisé. Nous allons « contribuer au transport des équipements français vers la République centrafricaine à l’aide de nos avions C17. Trois vols sont prévus ce mois-ci, le premier devrait arriver en Centrafrique sous peu. » a confirmé le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague le 6 décembre. « Nous sommes, nous aussi, déterminés à jouer notre rôle dans cette lutte contre la violence » a-t-il ajouté (précisons que le message diffusé par le Foreign Office, l’a été également en français. Suprême courtoisie de nos amis britanniques !). A peine avait-il prononcé ces mots que le C17 se posait sur l’aéroport de M’Poko (Bangui) transportant des véhicules blindés (voir photo). Preuve de la bonne entente franco-britannique.

L’Allemagne

(Maj) Côté allemand, ainsi que le complète mon collègue Thomas Wiegold, de Augengeradeaus, la Bundeswehr va mettre un Airbus A310 pour le transport stratégique, dans le cadre de EATC. Cet appareil ne pourra cependant pas voler directement vers la République centrafricaine mais vers un pays voisin (ce pourrait le Cameroun, le Gabon ou le Tchad). C’est une raison juridique et constitutionnelle qui commande une telle décision : pour la participation de soldats allemands dans une zone de conflit ou à une opération armée, il faudrait l’autorisation du Bundestag.

L’Espagne

(Maj3) L’Espagne pourrait aussi fournir un avion C-130 de l’armée de l’air – avec son équipage (30 personnes) pour assurer les transports vers ou en République centrafricaine, assure la presse espagnole, samedi (7 décembre). Le président français avait fait la demande lors du sommet franco-espagnol.

… et les Etats-Unis

(Maj2) Les Américains entrent dans la danse. Outre les 40 millions $ déjà annoncés pour la MISCA (environ 30 millions d’euros), le Département d’Etat a confirmé vend. soir (6 déc), que les Américains se « tenaient prêts à assister nos partenaires de l’Union africaine et nos alliés français selon les besoins ». Et Marie Harf, la porte-parole adjointe d’ajouter : « le leadership de la France d’engager 800 militaires de plus et son soutien à la MISCA envoient un message fort à toutes les parties que les violences doivent cesser ». Interrogée par nos confrères américains, la porte-parole n’a cependant pas voulu donner de précisions sur l’aide logistique de l’armée américaine, indiquant simplement que c’était « en cours ».

[Mises à jour] papier mis à jour ven 6.12 à 17h (maj1) et 22h (maj2), sam 7.12 à 9h (maj3), 12h (maj4 et 18h (maj5).

Lire aussi sur: le battlegroup européen (qui ne devrait pas partir) :

Et les autres initiatives européennes :

Plus d’informations suivent…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.