Pour créer une industrie européenne, encore faut-il des besoins communs

Un Boxer de fabrication allemande (crédit : armée autrichienne / Volker Jung)
L’Europe est riche. Elle dispose d’au moins 8 modèles différents de véhicules blindés 8×8 à l’image de ce Boxer de fabrication allemande (crédit : armée autrichienne / Volker Jung)

(BRUXELLES2) La création d’une industrie européenne de la Défense comme le renforcement de la BITDE (la base industrielle et technologique de la défense) sont souvent un leitmotiv des réunions européennes.

On peut faire d’autres Airbus de la défense… si les marchés ne sont pas éclatés

Mais comme Christian Mons, le président du Gicat et du Cidef (le Conseil des industries de défense françaises), l’a rappelé récemment à quelques journalistes (dont B2), il y a des réalités industrielles qu’il faut d’abord remplir. « Oui on peut faire, demain, des Airbus de la Défense dans d’autres domaines » explique-t-il. « Mais encore faut-il avoir un marché commun et non des marchés fragmentés. Aujourd’hui, il n’y a pas une demande unique. Chaque Etat-Major conçoit son besoin, en fonction de ses impératifs » sans vraiment consulter ses voisins.

Une nécessité : faire entendre raison aux Etats-majors

Cette expression commune des besoins – comme l’appelle les spécialistes « est la condition essentielle au regroupement de l’industrie. ». L’industrie doit « s’adapter. Des regroupements internationaux présentent un intérêt car ils permettent d’augmenter la taille critique ». Mais tant qu’il n’y aura pas une rationalisation gouvernementale, rien n’avancera. « Le problème politique est d’obliger les États majors à se mettre d’accord sur des programmes communs. Mais aucun responsable ne va voir son CEMA pour l’obliger à cela. Il n’y aura pas d’industrie européenne de la défense et d’Europe de la défense sans çà. »

Trouver un projet commun : le véhicule 8X8 par exemple

Les exemples d’éclatement des marchés sont nombreux. Chacun a en tête les avions de chasse où les Européens sont quand même arrivés à mettre au point et proposer à la vente 3 avions de chasse (Rafale, Eurofighter, Gripen…) pour bien souvent acheter ensuite américain (F-16, F-18, F-35). L’exemple du véhicule 8×8 en Europe, qui compte de multiples modèles, 8 à 9 différents, là « où les Américains n’en ont qu’un » est sans doute moins connu mais tous aussi problématique. « Il faut au plan politique d’arriver à se mettre d’accord avec les Allemands, par exemple, pour concevoir un 8×8 en commun. Ils font le Boxer et on fait le VBCI. » Ce serait un vrai progrès…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).