EUTM Mali « Même la guerre a des limites »

EUTM Mali « Même la guerre a des limites »

Share
La protection de personnes vulnérables. Les militaires maliens sont divisés en 4 groupes : les vulnérables, les protecteurs, les attaquants et les observateurs. Les attaquants doivent percer des ballons que portent le groupe des vulnérables,  les protecteurs, doivent quant à eux, mettre en place un dispositif et une stratégie afin d’éviter cela. Au terme de l’exercice, le groupe des observateurs restitue et analyse les phases de la mise en situation, en relation avec l’instructrice DIH et les protagonistes. Cet exercice permet en autre aux militaire de prendre conscience de la nécessité d’une action coordonnée et clairement identifiable par les populations civiles

Exercice de simulation dans lequel les soldats doivent mettre en place un dispositif et une stratégie pour protéger des personnes vulnérables.  Cet exercice permet en autre aux militaire de prendre conscience de la nécessité d’une action coordonnée et clairement identifiable par les populations civiles (Crédit : EUTM Mali)

(BRUXELLES2) Au camp de Koulikoro, l’instruction militaire, proprement dite, se double d’une formation pratique au droit international humanitaire (DIH). L’objectif de ces cours, inclus dans le cycle de formation d’EUTM Mali, est très pratique. Il s’agit de permettre aux militaires maliens de savoir comment réagir et se comporter face à des populations civiles ou des réfugiés qu’ils pourront être amenés à côtoyer lors de leurs futurs déploiements. A partir de cas concrets : Comment fouiller une maison et faire face à des civils suspects ? Que faire si lors d’un check point, un civil qui s’enfuit ? Comment maitriser un suspect alors qu’un certain nombre de civils sont autour, comment traiter un prisonnier ? etc.

« Conçue par l’EUTM pour l’EUTM, cette formation unique est la plus avancée dans ce domaine », explique-t-on depuis EUTM Mali. L’instruction DIH est coordonnée par la Grande-Bretagne, qui a mis à disposition une experte, en collaboration avec les Nations Unies et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les instructeurs européens reçoivent également une formation hebdomadaire, qu’ils doivent intégrer aux cours militaires.