L’encadrement du 3e bataillon en formation

L’encadrement du 3e bataillon en formation

Share
(crédit : EUTM)

(crédit : EUTM)

(BRUXELLES2) La formation du second bataillon « Elou » est à peine terminée que celle du troisième bataillon a déjà commencé. Les formateurs européens à Koulikoro ne ralentissent pas le rythme. Certes ce n’est pas vraiment la formation du bataillon qui est entamée (celle-ci commencera comme prévu à la fin du mois) mais celles des 28 commandants de compagnie ou chefs de section qui, depuis le 16 septembre, suivent un « stage de formation préliminaire ». Objectif : renforcer les connaissances tactiques et l’aptitude au commandement des officiers du bataillon malien. Au programme : activités sportives, entraînement au tir, cours de tactique et restitution sur le terrain, notions de pédagogie.

Les mettre en position de commandement

Une formation importante comme l’a expliqué le général Bruno Guibert lors de son passage à Bruxelles mardi, car elle « permet de mettre les chefs maliens en position d’acteur ». Il n’est en effet pas question de se substituer à eux lors de l’entrainement de leurs hommes. (…) On les met en confiance, leur rappelle quelques éléments pédagogiques et techniques. On veut ainsi les mettre en position de former les hommes, d’être en primauté pour assurer leurs fonctions. ». Un processus de « formation par agrégation progressive » qui doit permettre ainsi aux officiers d’être pleinement en position de commandement de leur unité, de raffermir leur autorité.