Moteurs toute ! La marine russe file en Méditerranée

(crédit : Marine russe)
(crédit : Marine russe)

(BRUXELLES2) La marine russe se positionne et renforce ses positions en Méditerranée. Selon le décompte effectué par mes amis de Turkishnavy, 8 navires avaient déjà franchi depuis la mi-aout le Bosphore : dont un navire de renseignement, le Priazovié (SSV-201) qui doit accomplir une mission spéciale pour l’Etat-Major ; deux navires de débarquement de la classe Ropucha, le Minsk (127) et le Novotcherkassk (142) viennent d’arriver ; rejoignant ainsi le destroyer Admiral Panteleyev (548), rattaché normalement à la flotte du Pacifique et bien connu de nos lecteurs pour sa participation aux missions de lutte anti-piraterie dans l’Océan indien lire: Un nouveau groupe de navires russes déployés durant l’été).

19/08/13 055 BDK-98 Southbound
19/08/13 077 Peresvet Southbound
20/08/13 151 Azov Southbound
20/08/13 ? ? Southbound
21/08/13 955 Burya Northbound
01/09/13 548 Admiral Panteleyev Southbound
05/09/13 SSV-201 Priazove Southbound
05/09/13 142 Novocharkassk Southbound
05/09/13 127 Minsk Southbound

A cela il faut ajouter les navires de débarquement Alexander Shabalin (110), Admiral Nevelskoi, et Peresvet (077) et le navire d’escorte Neustrashimy (712), qui exécutent leurs missions « en ligne selon les plans de l’Etat-Major », selon un porte-parole de la marine russe. Et ceci n’est pas prêt de s’arrêter…

Cinq autres navires

Cinq autres navires russes devraient en effet, arriver dans la zone selon Ria Novosti. Le premier devrait être, le Smetlivy, un patrouilleur de la flotte de la mer noire, qui quitterait Sébastopol la semaine prochaine vers le 12 ou 14 septembre. Il suit le Nikolaï Filtchenkov, un navire de débarquement, qui a déjà quitté son port d’attache. Trois autres navires sont en préparation selon un responsable de la marine russe, citée par l’agence officielle : le croiseur lance-missiles Moskva (121), qui doit arriver en Méditerranée le 17 septembre, la vedette lance-missiles Ivanovets (954) et le navire lance-missiles Chtil qui doivent arriver vers fin septembre.

Un pic extraordinaire dans une présence qui devient habituelle

Selon le tableau journalier dressé par les blogueurs turcs, on voit que cette activité n’est pas extraordinaire, le passage de navires russes par le détroit des Dardanelles est régulier. On se rappelle également l’exercice qui s’est déroulé en janvier de cette année, rassemblant une dizaine de navires (Moskva, Severomorsk, Smetlivy, Iaroslav Moudry, Saratov, Azov, Kaliningrad, Alexandre Chabaline…) sans compter l’aviation et la logistique. Une sorte de répétition générale. Simplement, l’accumulation des passages dans un sens est aujourd’hui peu ordinaire.

Commentaire : La marine russe est ainsi en passe – conflit syrien aidant – de se réintroduire de façon permanente dans une zone qu’elle avait sinon délaissée, du moins où elle avouait sa faiblesse. Aujourd’hui, il ne semble pas question de laisser Américains, Français, Britanniques et Allemands seuls dans la zone. Même si ces annonces, tambour battant, ressemblent tout autant à une manoeuvre de communication soigneusement orchestrée tout autant qu’à une campagne militaire.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).