Les F-16 belges de garde sur les pays baltes

visit MOD Lithunia(BRUXELLES2 à Vilnius) Les militaires Belges ont pris la position de veille sur les pays baltes depuis le 5 septembre, prenant la relève des Français de la 118 de Mont-de-Marsan. Ce jusqu’à janvier 2014, où ils seront relevés par les Américains. Une mission qui n’est pas de pure forme. En effet, selon plusieurs sources, la présence d’avions militaires russes violant le ciel des pays baltes n’est pas rare.

Des alertes régulièrement…

« Il n’y a pas une alerte par jour. Mais au moins une par semaine » me confiait récemment un officier. Selon le bilan dressé par les Français, ainsi, il y a eu 27 décollages pour alerte sur 4 mois de présence. Même si aucune preuve n’existe, l’aspect volontaire de ces alertes est avéré. « A chaque relève, les Russes testent les nouveaux arrivants. Un peu comme un discours de bienvenue ».

Un peu de provocation aussi…

Et les agendas sont soigneusement scrutés. Lors de la fête lituanienne du couronnement du Roi, le 6 juillet, les Mirage Français qui devaient assurer le clou du défilé par un vol de démonstration ont dû annulé leur prestation. Un avion russe avait fait irruption dans la zone aérienne … « Pas un hasard » selon un officier lituanien que j’ai contacté.

En l’air en 15 minutes

Le contrat OTAN prévoit un décollage dans les 15 minutes de l’alerte. Mais souvent c’est moins. Lors d’un exercice d’alerte, effectuée en présence du ministre belge de la Défense, Pieter de Crem, ils ont pris l’air en un temps record: sept minutes après le lancement de l’alerte selon mon collège de l’agence Belga qui a assisté à l’exercice.

A lire aussi : Au-dessus des pays baltes, des avions de l’OTAN veillent

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.