Un défilé national aux couleurs du Mali, de la Croatie … et de l’A400M

Les Maliens en défilé, lors de la préparation (crédit : Ministère français de la Défense)
Les Maliens en défilé, lors de la préparation (crédit : Ministère français de la Défense)

(BRUXELLES2) Le défilé national du 14 juillet qui se déroulera dimanche matin sera évidemment placé aux couleurs de l’intervention du Mali mais aussi d’autres contingents européens (croate en l’honneur du nouvel arrivé dans la « famille » européenne et franco-allemand pour célébrer l’anniversaire de l’Elysée). Voici quelques photos – en avant première – prises lors des répétitions par les photographes des armées.

Le Mali

Le bataillon malien composé de 75 hommes sera un des éléments « phares » de ce défilé avec une unité africaine symbolisant la Minusma (la force de l’ONU au Mali) comme la force qui l’a précédée, la Misma (Bénin, Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Ghana, Guinée, Liberia, Niger, Nigeria, le Sénégal, Sierra Leone, Tchad, Togo).

Mais ce sont aussi les forces françaises de l’intervention Serval qui seront à l’honneur avec des éléments de la 3e Brigade mécanisée (BM), de la 11e brigade parachutiste (BP), du 1er régiment d’infanterie de marine (Rima), du 5e régiment d’hélicoptères de combat (RHC)… A la tête de ses forces défileront deux généraux : le général Bernard Barrera, commandant de la 3e BM et chef Serval jusqu’au 11 mai ainsi que le général Jean-Jacques Borel commandant des forces aériennes de l’opération Serval (et chef de l’état-major du CDAOA, commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes).

1 ravitailleur C135 précède ses "petits" Rafale, Mirage 2000D, Mirage F1 (crédit : ministère Fr Défense)
1 ravitailleur C135 précède ses « petits » Rafale, Mirage 2000D, Mirage F1 (crédit : ministère Fr Défense)

Le soutien aérien danois et allemand

En l’air, effectivement, on pourra admirer plusieurs « tableaux » représentant l’intervention française Serval.

Coté avions de combat, on aura ainsi 2 Rafale (escadrille « Provence » de la BA 113 Saint-Dizier) et 3 Mirage 2000 D et 1 Mirage F1 de reconnaissance CR (escadrille « Savoie » de la BA 118 Mont-de-Marsan), précédé de leur « maman poule », un ravitailleur C135 (de l’escadrille « Bretagne », de la base aérienne d’Istres).

Coté transports, un Transall allemand (de la Lufttransportgeschwader 61) et un C130 danois (de la Transporteskadrille 721 d’Aalborg) viendront illustrer le soutien apporté par les Alliés, essentiel en matière de transport aérien aux côtés du Transall français (de la BA 123 Orléans) et de 3 CN 235 (des escadrilles d’instruction des équipages, « Vercors », « Ventoux » de la BA 110 Creil).

Lire aussi :

Détachement inter-armée croate (crédit : ministère Fr Défense)
Détachement inter-armée croate (crédit : ministère Fr Défense)

Des Croates déjà engagés dans des opérations européennes

En guise d’hommage à l’arrivée du 28e pays de l’Union européenne, le bataillon de protection et d’honneur Croate – qui assure la protection des VIP (Président de la République, Gouvernement et commandant des forces armées) – sera présent. 75 militaires sous le commandement du colonel Dragan Basić, avec trois uniformes qui représentent les 3 armées (vert pour l’armée de terre et l’armée de l’air, bleu pour la marine et sable pour les unités qui ont servis en Afghanistan), et le fusil d’assaut VHS-K1 (de fabrication croate mais qui peut avoir un air de ressemblance avec le Famas français).

Les Croates ont déjà été engagés dans plusieurs missions opérations de l’Europe de la défense, bien avant qu’ils ne soient membres de l’Union européenne. On les a retrouvés ainsi à EUFOR Tchad (lire aussi : Croates au Tchad: décision confirmée), dans l’opération anti-piraterie Eunavfor Atalanta (lire aussi : Les Croates vont se joindre à l’opération Atalanta), ainsi que dans deux missions civiles : EUPOL Afghanistan et EULEX Kosovo.

Signalons également qu’ils ont prêté un concours « involontaire » à la fourniture d’armes aux rebelles syriens. Mais c’est une autre histoire (lire : L’embargo sur les armes contre la Syrie ? La Croatie a pris son temps).

L’amitié franco allemande

En témoignage de l’anniversaire du Traité de l’Elysée, on retrouvera également quelques unités de la brigade franco-allemande, sous le commandement du général Gert-Johannes Hagemann : 3e régiment de hussards, 292e Jägerbataillon et le bataillon de commandement et de soutien, récemment engagé dans la FINUL au Liban et qui s’est porté au secours des personnes victimes des inondations dans l’est de l’Allemagne (lire : La Brigade franco-allemande en renfort contre les inondations).

Signalons également qu’un Alpha jet belge sera aussi de la partie pour illustrer la formation combinée des pilotes à l’école de chasse franco-belge de Cazaux.

Première sortie élyséenne pour l’A400M

Enfin, comment ne pas oublier la présence, pour la première fois, de l’A400M, le nouvel avion de transport fabriqué par Airbus, et qui va commencer à remplacer les Transall à bout de souffle dès cet été, au rythme de 3-4 avions par an.

En chiffres : le défile cette année ce sont environ 4800 militaires, 265 véhicules, 58 aéronefs (dont 6 étrangers) et 35 hélicoptères, sans oublier les 241 chevaux.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).