Egypte. Ceci n’est pas un coup d’Etat !

Michael Mann devant les journalistes ce matin (Crédits: Ebs/capture d'écran)
Le porte-parole de la Haute représentante, Michael Mann, devant les journalistes ce midi (Crédit: Commission européenne – Ebs / B2)

(BRUXELLES2) A l’image du « Ceci n’est pas une pipe » de Magritte, l’Union européenne persiste à ne pas nommer la prise de pouvoir par les militaires en Egypte « un coup d’Etat ».

Depuis la « déposition » du président égyptien Mohamed Morsi mercredi 3 juillet, aussi bien la Haute représentante Catherine Ashton que les Etats membres se refusent à qualifier le coup de force de l’armée.

Fin de non recevoir

Au briefing quotidien de la Commission, plusieurs journalistes ont tenté de savoir si oui ou non, ce qui c’était passé en Égypte était un coup d’Etat selon l’UE. Un vrai jeu du chat et de la souris. Le porte-parole de la Haute Représentante Michael Mann n’avait pas le rôle facile. Il a donc préféré botter en touche, indiquant ne pas souhaiter entrer « dans des considérations philosophiques. Je préfère répondre à des questions concrètes ». Il s’est simplement borné à rappeler la déclaration publiée, hier soir (lundi 8 juillet) au nom de la Haute Représentante, qui « appelle tous ceux aux responsabilités à agir le plus rapidement possible pour que le processus se déroule ». En off… les diplomates européens ne disent pas mieux et ne veulent pas entrer dans ce débat. (A suivre sur le Club ainsi que les explications détaillées, et sous-jacentes, de la position européenne).

Commentaire : Au-delà d’un simple débat sémantique, cela pose des réelles questions diplomatiques à savoir la position de l’UE vis-à-vis de la déposition d’un pouvoir civil par des militaires. Ne pas se positionner évite de créer un précédent qui pourrait se révéler embarrassant dans d’autres cas.

Lire également :

Thomas Le Bihan

Etudiant en "Affaires Publiques parcours Gouvernance Européenne" à Paris I. Stagiaire à B2. Suit l'actualité du Parlement européen.

Inscrivez-vous à notre newsletter