L’heure des relèves pour les premiers effectifs engagés

L’A310 sur le tarmac de Dakar embarque des soldats, l’heure des relèves (Crédit : Luftwaffe)

(BRUXELLES2) L’avion allemand A310 de l’escadron des missions aériennes spéciales de Cologne-Wahn qui s’est posé, hier, sur le tarmac de l’aéroport de Bamako – Sénou n’est pas venu que pour amener des formateurs pour EUTM (lire : Les formateurs allemands sont arrivés à Bamako). Il a amené également du matériel. Et sitôt le plein effectué, il a repris la route vers le Sénégal. A Dakar, il a débarqué du personnel et du matériel supplémentaires pour la mission allemande de soutien au contigent de l’AFISMA-contingent, avant de redécoller, avec à bord des soldats allemands qui revenaient au pays. Au Pc d’EATC, à Eindhoven, qui coordonne tous les mouvements aériens des aviation des transport de 4 pays, on se félicite de ces mouvements. C’est « un bon exemple de l’efficacité d’EATC de planifier des missions ». La procédure permet aux marchandises « d’assurer une rotation des troupes dans différents théâtres au cours d’une seule mission ». En ajoutant plusieurs demandes de transport aérien (dites ATR) dans une seule mission, « on évite ce qu’on appelle « empty legs » – un vol sans marchandises à bord et d’agir de façon aussi efficace que possible ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).