Réunion de la plateforme de crise sur le Mali (maj)

(BRUXELLES2) La « plate-forme de crises » va se réunir lundi (14 janvier) après-midi dans les locaux du service diplomatique européen (SEAE) à Bruxelles. « Nous suivons la situation de très près » a précisé le porte-parole de Catherine Ashton lors du briefing quotidien avec la presse. « Tous les services européens concernés par la crise malienne devraient être là » a-t-il ajouté. Non seulement les militaires mais aussi les responsables du développement (DG DevCo) ou de l’humanitaire (DG Echo). C’est Agostino Miozzo, le directeur prévention de crises, qui devrait animer la réunion, avec Pierre Vimont le directeur du SEAE. L’objectif est de faire le tour des services concernés et de voir comment la réponse européenne peut être adaptée. Différentes réunions se sont aussi tenues ce week-end sur la mission EUTM Mali (lire sur le Club).

D’autres réunions sont programmées. La Haute représentante, C. Ashton, doit ainsi s’entretenir aujourd’hui avec Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. Des « conversations » sont également engagées au plan international à New-York, notamment avant la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, ce soir (14 janvier). Et demain (15 janvier) les ambassadeurs du COPS (Comité politique et de sécurité) devraient aussi se pencher sur la question du Mali, lors de leur réunion rituelle du mardi, pour examiner les conséquences au plan politique comme militaire de l’aggravation de la situation sur place (et de la réponse française et britannique).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).