Bonne entente italo-indienne

(BRUXELLES2) Les deux ministres des Affaires étrangères, italien, Giulio Terzi et indien, Salman Khurshid, ont eu mercredi (9 janvier) une conversation téléphonique sur le sort des fusiliers marins retenus en Inde. Salvatore Girone et Massimiliano Latorre qui servaient sur le Enrica Lexie ont eu une permission de sortie pour les fêtes de fin d’année, accordée par le tribunal du Kerala (lire aussi : Les 2 fusiliers-marins italiens libres de leurs mouvements en Inde). Et malgré les craintes indiennes, exprimées dans la presse, ils sont rentrés au pays au terme de cette permission. Selon un communiqué de la Farnesina reçu par B2, le Ministre italien a exprimé son désir d’une « conclusion rapide et positive » de l’histoire. Tandis que son homologue indien saluait le comportement des institutions italiennes et des fusiliers marins, marqué dès le début par « la plus complète honnêteté et clarté ». Pour Khurshid, ce retour des deux soldats italiens en Inde a consolidé le « climat de confiance mutuelle » existant entre les deux pays.

NB : Cette bonne entente affichée tranche avec les premiers échanges verbaux entre Rome et New Delhi lors de l’arrestation des deux militaires, marquée à l’époque par les critiques, l’acrimonie et la suspicion. Il ne faut pas oublier que nous sommes en campagne électorale en Italie et que le cas des deux militaires est une épine dans le pied du gouvernement. Pour Terzi personnellement comme pour le gouvernement Monti, une libération ou au moins un signe notable de prochaine libération serait un point à son actif.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).