la reprise de 2 villes de Diabali et Douentza confirmée par les armées

Share

(B2) Le ministère de la Défense a confirmé à 14h la reprise du contrôle des villes de Diabali et de Douentza par les forces armées du Mali lundi (17 janvier au matin). Ces villes, occupées par les « terroristes djihadistes », étaient situées respectivement à près de 400 et 800 km au nord-est de la capitale Bamako. Les militaires maliens ont été « soutenus par les forces françaises, basées à Niono et à Mopti-Sévaré » précise le communiqué.

Eviter la création d’un sanctuaire terroriste

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, « cette avancée de l’armée malienne vers les villes tenues par leurs ennemis constitue une réussite militaire certaine pour le gouvernement de Bamako et pour les forces françaises, intervenant en soutien dans ces opérations ». Et le ministre d’ajouter sa « totale confiance » dans « nos militaires engagés avec détermination ».  Et de rappeler l’objectif de la mission décidée par le président de la République : «  restaurer la souveraineté du Mali sur son territoire et conjurer le risque de constitution d’un sanctuaire terroriste au cœur de l’Afrique ».

3150 militaires engagés

Selon les armées, 3150 militaires français sont aujourd’hui engagés dans l’opération Serval, dont 2150 sur le territoire malien. NB : le reste étant souvent basé dans les pays environnants (Tchad, Burkina Faso, Côte d’Ivoire…). Ce chiffre ne comptabilise pas toutes les forces en alerte en France – au titre de l’alerte « Guépard » (armée de terre) ou autres, pouvant intervenir en renfort le cas échéant.