Des arabes en soutien de l’opération « Serval » ?

(BRUXELLES2) C’est un des objectifs actuellement de la diplomatie française, mais aussi européenne, associer un ou deux pays arabes à l’opération de stabilisation menée par les Français (opération Serval) en soutien de l’armée malienne. « Il ne faut surtout pas donner l’impression que c’est une opération menée contre certaines populations. Car ce n’est pas çà. » explique ainsi à B2 un diplomate (*). « Nous avons une action pour rétablir l’intégrité d’un pays et lutter contre le terrorisme ».

Plusieurs efforts sont ainsi menés actuellement, très discrètement, pour avoir un soutien au moins financier, mais visible, d’un ou plusieurs pays du Golfe, ou du Maghreb. Et tous les contacts pourraient être utilisés à cette fin. Il est permis de penser que lors des différentes rencontres avec des leaders du monde arabe (Ligue arabe, Habib Ben Yahia de l’Union du maghreb arabe,…), ce point a été abordé. On se retrouve, ici, dans la même problématique que l’opération en Libye…

(*) Je précise qu’il ne s’agit pas d’un diplomate français.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Une pensée sur “Des arabes en soutien de l’opération « Serval » ?

  • 18 janvier 2013 à 19:51
    Permalink

    A part le Maroc et les EAU (les Qatariens se sont pour leur part dits opposés à l’intervention) je vois pas trop quel pays arabe aurait intérêt et envie de s’engager au Mali. Libye et Tunisie sont touchés par la crise mais n’auront pas les moyens d’agir à part en surveillant leurs frontières.

    C’est bien sûr si l’on excepte l’Algérie qui est un cas particulier. Une participation algérienne serait bienvenue mais vu le jeu très trouble qu’a pratiqué Alger dans la zone sahélo-saharienne par le passé, ce n’est pas évidente politiquement.

Commentaires fermés.