Renfort britannique pour l’opération au Mali

Renfort britannique pour l’opération au Mali

Share

Un premier avion de transport C17 devrait partir cet après-midi du Royaume-Uni (archives – crédit : RAF Royal Air Force)

(BRUXELLES2) Londres n’aura pas tardé à joindre publiquement les actes à la parole. Downing street vient ainsi de confirmer que le Royaume-Uni fournira un appui logistique aux forces françaises engagées au Mali. Deux avions C-17 devraient ainsi assister les Français dans le transport matériel et logistique. Le premier C17 quittera le territoire britannique cet après-midi et fera une escale en France avant de repartir vers le Mali, vient même d’annoncer Skynews, la chaîne TV. Il devrait permettre d’acheminer matériel et hommes soit directement à Bamako soit à N’Djamena – qui sert de base logistique et de FHQ à l’opération française « Serval ». Il devrait aussi permettre d’acheminer les troupes et le matériel des forces de la MISMA, composée des troupes de la CEDEAO (Nigeria, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Sénégal) sur place.

Entretien téléphonique

Le Premier ministre britannique, David Cameron, s’est bien entretenu samedi soir avec le président François Hollande, confirme-t-on au 10 Downing street, (joint par B2). « Le Premier ministre a parlé au président Hollande pour discuter de la détérioration de la situation au Mali et voir comment le Royaume-Uni peut soutenir assistance militaire française fournie au gouvernement malien pour contenir les rebelles et les groupes extrémistes dans le nord du pays. (…) Une aide logistique militaire (va être apportée) pour aider le transport des troupes étrangères et de l’équipement rapidement au Mali. » « Aucun troupe britannique ne devrait combattre au sol » précise-t-on à Londres. Cette aide logistique commencera par des avions de transport à rayon stratégique (type C17) mais pourrait s’accompagner d’autres appareils (C-130). Et, même si le « 10 » ne confirme pas directement l’implication des services de renseignement britanniques, ceux-ci sont également mobilisés, selon nos informations.

Réunion du Conseil national de sécurité (UK) mardi

De façon plus politique les deux dirigeants ont discuté de la situation au Mali — « une véritable menace pour la sécurité internationale étant donnée l’activité terroriste » — et « de la nécessité de travailler avec le gouvernement malien, les pays voisins et les partenaires internationaux pour prévenir le développement d’un nouveau havre terroriste aux portes de l’Europe ». La question de « relancer le processus politique conduit sous l’égide de l’ONU, une fois l’avancée des rebelles stoppée » a aussi été évoqué. Le National Security Council devrait se réunir, mardi à Londres afin « d’examiner la situation au Mali et discuter de ce qui doit être fait pour parvenir à un règlement politique durable au Mali ».