Les unités de Patriot déployées pour un an

(BRUXELLES2) Après la décision de l’OTAN de répondre officiellement « oui » à la demande de l’OTAN pour le déploiement de l’OTAN, les deux pays européens concernés viennent de préciser les moyens engagés comme d’entamer la procédure parlementaire d’information (aux Pays-Bas), d’autorisation (en Allemagne).

Deux unités néerlandaises

Les Pays-Bas enverront 2 unités patriot avec 360 soldats. La mission durera un an. Le gouvernement a informé le Parlement aujourd’hui. Comme défini au niveau de l’OTAN – ce qu’ont accepté les Turcs – les Patriot auront un rôle purement défensif et ne pourront pas prendre en charge une zone d’exclusion aérienne ou une action offensive. L’emplacement exact de la mise en place du système de défense antimissile aérien n’est pas encore été déterminée.

et deux unités allemandes

En Allemagne, le gouvernement a adopté un projet de loi permettant le déploiement des systèmes Patriot, avec un maximum de 400 soldats pouvant être déployés (*). La mission devrait démarrer en début d’année prochaine et être opérationnelle durant un an, jusqu’au 31 janvier 2014. Un projet de loi sera présenté devant le Bundestag qui devrait en discuter entre le 12 et 14 décembre. On peut remarquer que l’argumentation – évoquée dans certains milieux gouvernementaux – que s’agissant d’une obligation de l’Alliance, une autorisation en bonne et due forme du Parlement n’était peut-être pas nécessaire, a fait long feu. L’opposition (social démocrate, verts et gauche) a, en effet, réclamé un projet de loi.

(*) Il s’agit du maximum autorisé, pas automatiquement du nombre exact de soldats déployés, mais il ne devrait pas être très éloigné

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).