2 soldats autrichiens de l’ONU blessés en Syrie (Maj3)

convoi de l’ONU (crédit : ministère autrichien de la Défense)

(BRUXELLES2) Un convoi de l’ONU – avec à son bord des soldats autrichiens et croates de retour de mission au Golan (UNDOF) – a été l’objet de tirs, jeudi (29 novembre) dans l’après-midi à environ 15 kilomètres à l’ouest de l’aéroport de Damas. Quatre soldats autrichiens ont été blessés, deux très légèrement par des éclats, deux autres plus sérieusement. Il s’agit d’un sous-lieutenant de 53 ans des équipes de santé a été blessé assez sévèrement à l’épaule par une balle et un caporal de 25 ans a été blessé plus légèrement au bras. Les premiers secours ont été portés par l’équipe médicale, qui était dans l’équipe de protection du convoi. Ils ont ensuite été évacués sur l’hôpital de Haifa en Israël, d’abord par voie terrestre vers le plateau Golan où ils ont été pris en charge par un hélicoptère israélien. Leurs jours ne sont pas en danger, précise-t-on au ministère autrichien de la Défense. Les autres militaires, qui faisaient partie du convoi, ont tous repris l’avion et sont arrivés en Autriche ce vendredi (30 novembre).

L’origine des tirs est « inconnue » a précisé le ministre dans un communiqué. L’Autriche a déposé « immédiatement une protestation claire auprès Conseil de sécurité des Nations unies ». « Le fait que les Casques bleus autrichiens soient visés est à condamner. Et les conséquences appropriées doivent entraîner. Le gouvernement autrichien va tout mettre en oeuvre, de concert avec l’ONU, pour que cet incident soit clarifié complètement », ont expliqué les ministres des Affaires étrangères Michael Spindelegger et de la Défense Norbert Darabos. L’ambassadeur de Syrie à Vienne a été convoqué au ministère autrichien des Affaires étrangères. Les Autrichiens exigent une « enquête » sur cette attaque. « La Syrie est responsable de la sécurité de nos soldats de l’UNDOF et doit veiller à ce qu’ils puissent remplir leur mandat international », a précisé le ministre Spindelegger.

Les ambassadeurs européens du COPS – comité politique et de sécurité – ont été tenus informés de l’incident, selon les informations reçues à B2.

(maj 4 décembre) Les deux blessés ont été rapatriés lundi (3 décembre) par avion militaire C-130 Hercules de la base aérienne de Vogler à l’aéroport de Linz. Un impératif pour le ministre de la Défense Norbert Darabos qui l’a précisé dans un communiqué. « La sécurité de nos soldats est une priorité absolue. Pour moi, c’est important que tous les moyens soient utilisés pour les amener sains et saufs » . Le plus sévèrement atteint – le sous-lieutenant de 53 ans – a été transféré dans un hôpital par hélicoptère ; le second, plus légèrement atteint a pu rentré chez lui.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).