0 euro de plus pour le budget de l’Agence européenne de Défense en 2013

(BRUXELLES2) Les Britanniques ont maintenu lundi (19 novembre) leur veto à toute augmentation du budget de l’agence européenne de Défense, même par la simple prise en compte de l’inflation. Celui-ci sera donc reconduit à l’identique pour l’année prochaine, à hauteur de 30,4 millions d’euros (sans tenir compte de l’inflation), ainsi qu’annoncé (sur le Club de B2).

25 pour, 1 non = Non

Le budget doit, en effet, être décidé à l’unanimité. Tous les Etats étaient d’accord pour cette prise en compte de l’inflation, tous sauf un (le Royaume-Uni). Et aucune solution alternative ne semblait se dégager. A défaut d’accord, le budget aurait dû être reconduit par douzième provisoire, sur cette même base, ce qui aurait été « encore plus dommageable » a expliqué à B2 un diplomate impliqué dans cette discussion. Cela aurait le « pire scénario possible » a confirmé Claude-France Arnould, la directrice de l’Agence lors de la conférence de presse finale. Et « aucun compromis n’a pu être trouvé, c’est la loi de l’unanimité ». De fait, c’est la position britannique qui l’a emporté. Et les autres membres de l’Agence ont dû s’incliner.

Téléscopage

L’écart entre les deux propositions était faible ; aux alentours de 100.000 euros de plus pour les Britanniques et cette somme aurait pu assez facilement être répartie entre les autres membres. Mais à l’heure d’une discussion plus générale sur le futur cadre budgétaire 2014-2020, qui s’annonce très difficile en fin de semaine (au sommet spécial convoqué les 22 et 23 novembre), toute discussion sur une autre répartition de cette augmentation aurait été assimilée à un nouveau « chèque britannique », ce qui aurait pu affaiblir la négociation.