Le quartier général de l’UE revient…

(BRUXELLES2) C’est un vieux débat ! Interrogé lors de sa visite au quartier général de Ulm – dans le cadre de l’exercice ML 12, Hansjörg Haber, le commandant des missions civiles de l’Union européenne (CPCC) a exprimé le souhait de voir le quartier général du commandement militaire de Ulm (*) et le «quartier général» des opérations civiles de Bruxelles ne faire qu’un seul et unique complexe, basé à Bruxelles. Bien-sûr M. Haber reconnait le potentiel des nouveaux moyens de communication mis à la disposition de l’action extérieure de l’UE (vidéo-conférence …etc. ), mais « ça n’est tout de même pas la même chose que de se retrouver dans la même pièce ».

A l’heure actuelle, il n’y a pas de liaison permanente à Ulm entre la CPCC et le commandement militaire. En cas de besoin, les représentants de l’action civile européenne devraient donc se déplacer à Potsdam. L’arrangement actuel ne semble pourtant pas poser le moindre problème aux militaires. «Notre organisation à Potsdam est bonne. Lorsque quelqu’un de l’extérieur vient travailler chez nous, il faut juste quelques semaines pour que tout se déroule avec une efficacité maximale» soutient l’un des militaires du centre de commandement.

Question technique ou politique ?

Les « Weimar + » (France, Allemagne, Pologne + Italie, Espagne) avaient reconnu l’intérêt d’un quartier général opérationnel permettant une coordination symétrique entre militaires et civils. Pourtant, le débat est bloqué au Conseil (Nb : du fait du veto du Royaume-Uni). C’est une décision politique entre Etats membres. « Il est difficile de dire sur quoi cela va déboucher. (…) Je suis sûr que la polémique ressortira à nouveau » confiait M. Haber.

(*) NDLR (NGV) : L’OHQ de Potsdam est un des cinq OHQ reconnus et agréés par l’UE pour permettre la conduite des opérations, auquel s’ajoute le SHAPE de l’OTAN (ce qui suppose de se reposer sur les structures de l’OTAN, dispositif qui n’a été exploité que pour l’opération EUFOR Althea).

Lire aussi :