Dernières nouvelles de la piraterie (23 septembre 2012)

(BRUXELLES2)

Déploiement de policiers à bord des navires indiens

Le gouvernement indien a décidé le déploiement de forces de police sur les navires marchands battant pavillon indien. Celles-ci proviendront du CISF, le Central Industrial Security Force, une force constituée en 1969 pour protéger les entreprises publiques (notamment les transports publics) mais qui intervient aussi régulièrement dans certaines missions de l’ONU (par exemple la FPU Formed Police Unit à Haïti). Une centaine d’hommes ont été sélectionnés, ils seront formés en liaison avec les commandos marine, notamment sur l’acclimatation en mer. C’est la première fois qu’une force de gouvernement à assurer la sécurité des navires marchands. Les armateurs devront payer cet accompagnement ; mais le montant de la facture est encore en discussion. De nombreux marins indiens ont été pris en otage par les pirates somaliens. Ils seraient toujours 43 à être retenus en Somalie ou à bord de leur bateau, selon le chiffre qu’a donné lors de la dernière session du Parlement, le ministre du Transport GK Vasan.

Exercice en commun japonais et russe

Un exercice anti-piraterie commun entre Japonais et Russes rassemble à Vladivostok, deux navires de guerres japonais, un destroyer et une frégate, avec des navires russes. Les deux navires japonais sont arrivés dimanche (23 septembre). L’exercice consiste à libérer un navire de passagers pris en otages par les pirates, précise l’agence russe Tass.

Duncan Potts aux Seychelles. « Nous restons vigilants et engagés »

Operation Commander Rear Admiral Potts (Centre) and Force Commander Rear Admiral Credendino (Right) converse on the deck of Flag Ship ITS SAN GIUSTOLors d’une visite aux Seychelles, mardi (18 septembre) le commandant de l’opération, le Rear Admiral Duncan Potts a confirmé au président de l’archipel James Michel l’importance des Seychelles dans la lutte contre la piraterie. « Le combat contre la piraterie somalienne n’est pas finie » a-t-il déclaré. « Seule une amélioration concrète de la situation en Somalie pourrait permettre un retour à la normalité. Nous resterons vigilants et engagés ». De son coté, le président seychellois a affirmé l’engagement de son pays dans cette lutte, notamment dans le jugement des pirates arrêtés par les forces internationales. 25% des prisonniers aux Seychelles sont des pirates somaliens. « Les Seychelles sont toujours prêtes à jouer leur rôle dans la réalisation de la stabilité régionale. » a-t-il rappelé. « Nous sommes encouragés par les changements positifs et les progrès qui ont lieu sur le terrain en Somalie qui apporteront les conditions pour empêcher le piratage avenir. La Somalie a besoin de stabilité qui permettra de mettre fin à la menace pirate « . L’objectif de la visite était aussi de pouvoir discuter de l’appui que les Seychelles fournissent à la force de l’Union européenne EUNAVFOR, que ce soit pour baser des avions de patrouille maritime ou l’appui logistique aux navires opérant dans l’océan Indien comme le travail d’instruction et d’incarcération des pirates ou l’installation du procureur spécial anti-piraterie ou du Centre de coordination du renseignement (RAPPICC). Sur la photo : Le commandant de l’opération, le Rear Admiral Potts (au Centre), et le commandant de la force, le Rear Admiral Credendino (à droite) sur le navire amiral ITS SAN GIUSTO (crédit : Eunavfor)

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).