L’Otan déserte l’UE

(BRUXELLES2) Invitée à Nicosie, comme à chaque réunion informelle des ministres de la Défense de l’Union européenne, l’OTAN a – encore une fois – été aux abonnés absents. Il est, cependant, d’usage qu’un représentant de l’Alliance atlantique – le secrétaire général ou un de ses adjoints – participe à toutes les réunions « Défense » de l’Union européenne (et vice-versa). Un principe entériné notamment à l’informelle de Palma de Majorque et qui répondait à un souhait de renforcer les liens entre les deux organisations, d’éviter toute duplication ou incompréhension. Cela figurait parmi la « démarche en trois temps » rappelée à plusieurs reprises par Anders-Fogh Rasmussen. Cette règle a été rompue lors de la réunion de mercredi et jeudi. Même si aucune explication officielle valable n’a été donnée, tout le monde en connait la raison. C’est le fait que la réunion se déroule à Nicosie et sous présidence chypriote qui a valu ce courroux. Les Turcs ayant annoncé mordicus leur désir de ne pas avoir de relation avec l’Union européenne. L’absence n’est cependant pas passée inaperçue. Et plusieurs ministres ont été de leur commentaire sur ce qui parait avant tout comme une entorse à un principe de réciprocité et une gifle à l’Union européenne. Elle pourrait laisser ouverte désormais la porte à ce que ce rapprochement ne soit pas aussi intense que celui souhaité. Quant à la Turquie, manifestement, elle ne sort pas grandie de cette épreuve qui aurait pu être une opportunité d’une détente entre les deux pays. Et son chantage, ouvert, rend plus que difficile la poursuite de négociations d’élargissement qui sont de toute façon au point mort.

Lire aussi :

 

Comments are closed.