Fusillade contre un véhicule EULEX à un moment-clé pour le Kosovo

(crédit : Conseil de l'UE)

(BRUXELLES2) Des inconnus ont tiré sur un véhicule d’EULEX ce vendredi matin (7 septembre) qui circulaient au nord-Kosovo. Un policier kosovar qui les accompagnait a été légèrement blessé. Alors que plusieurs officiers de la force de police européenne se rendaient en voiture à Zubin Potok afin d’effectuer une visite dans une station de police locale, plusieurs individus masqués ont jailli sur la route entre Zupce et Zubin Potok, près du village de Varage. Une attaque condamnée immédiatement par Samuel Zbogar, représentant spécial de l’UE au Kosovo. «Je condamne fermement cette acte de violence injustifiée. des vies ont été mises en danger. Ca illustre et renforce le besoin d’un Etat de droit plus aboutit dans cette partie du Kosovo. Les bureaux du Représentant Spécial et d’EULEX vont continuer de travailler ensemble là dessus». Et Xavier de Marnhac, chef de la mission « Etat de Droit » (EULEX) d’ajouter «Les auteurs doivent être amenés devant la justice aussi rapidement que possible. J’en appelle à tous ceux qui peuvent avoir des informations sur l’incident pour contacter la police».

Les acteurs locaux ont également immédiatement fait part de leurs condamnations. Ce alors que le directeur du bureau gouvernemental serbe pour le Kosovo, Alexandar Valin, était aujourd’hui en visite à Pristina et dans le sud du Kosovo. Valin a, lui-même, appelé les représentants de la communauté internationale à traduire les auteurs devant la justice et précisé que la Serbie était à la disposition de la communauté internationale sur ce sujet, avant d’annuler sa visite dans le sud pour rencontrer les responsables serbes du Kosovo, selon l’agence serbe Beta news. Les responsables politiques locaux, dont le gouverneur du district, Radenko Nedeljkovic, ont eux aussi condamné cette acte de «vandalisme» et se sont accordés à dire que «l’attaque est une confirmation que ces actes sont coordonnés afin de déstabiliser la partie nord du pays (où la majorité serbe n’accepte pas la déclaration d’indépendance unilatérale des Albanais) et ainsi rendre plus facile l’intégration du nord du pays dans le système kosovar.»  

Le moment de l’attaque n’est pas tout à fait innocent au moment le Kosovo va acquérir sa pleine souveraineté lors de la réunion, lundi 10 septembre, du groupe international d’orientation sur le Kosovo (International Steering Group). La pleine responsabilité sera alors laissée à la Constitution, au Parlement, aux cours nationales… Bref, un moment clé dans l’édification du plus jeune des Etats européens.