La Haute représentante se défend (un peu) de vouloir écarter la presse des réunions

Le centre de conférence et de presse destiné à accueillir les réunions informelles sous la présidence chypriote à Nicosie (© NGV / B2)

(BRUXELLES2) Interrogé par les journalistes, lors du briefing quotidien, le porte-parole de Catherine Ashton s’est défendu aujourd’hui de vouloir écarter la presse de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères à Paphos (Chypre), début septembre, préférant la responsabilité du choix du lieu de la réunion comme les conditions de travail de la presse sur la présidence chypriote.

NB : Pour ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents, la réunion informelle se déroule à Paphos à l’autre bout de l’île alors que toutes les autres réunions informelles d’importance et le centre de presse ont été situés dans un lieu unique, à Nicosie, très bien équipé et facile d’accès.

Si « l’agenda de la réunion est élaboré par la Haute représentante et le Service européen d’action extérieure (…), la logistique et l ‘organisation de la réunion sont assurés par la présidente chypriote » a-t-il souligné, se dédouanant de vouloir « entraver le droit à l’information et le travail des correspondants européens » ainsi que s’est plainte officiellement l’association de la presse internationale (API) qui représente les journalistes auprès des institutions européennes (*).

« Les ministres et la Haute représentante seront disponibles au début de la réunion », a-t-il assuré, lors des « doorsteps » (ainsi qu’on les appelle en bon jargon européen). Et « une conférence de presse suivra après la réunion. (Tandis que) les portes-paroles disponibles durant la réunion. » Habilement, il a cependant esquivé la question de l’organisation loin de certains lieux, rappelant tout de même qu’un des objectifs de « ce gymnich est d’avoir une discussion à fond, informelle, entre les Ministres » des Affaires étrangères. Un demi-aveu… Pour écouter l’échange (il dure 5 mns), c’est ici

(*) L’API a passé un accord avec les services du Conseil – après une certaine présidence un peu chaotique (la française…) et le déplacement, un peu impromptu, pour ne pas dire cavalier, 🙂 de certaines sommets bilatéraux et réunions informelles. Ainsi il est prévu que les journalistes aient accès aux entrées des réunions informelles et disposent sur place (ou à proximité) d’une salle de travail, afin de faciliter l’envoi vers les rédactions (montage pour les médias audiovisuels, internet pour tous).

(maj 30 août) Finalement la presse a obtenu au dernier moment le respect de cet accord. La Haute représentante devra donc composer avec la presse. Le risque était qu’elle se retrouve à Nicosie, avec uniquement la presse chypriote sous un feu roulants de questions qui auraient sans doute porté essentiellement sur les relations avec la Turquie.

Lire aussi :