Le JSF sous la loupe des comptables

Six F-35 (crédit : Lockheed Martin)

(BRUXELLES2) Le nouvel avion de combat américain JSF / F35 que les Pays-Bas doivent acquérir va faire l’objet d’un examen à la loupe par la Cour des comptes nationale. Plus exactement, les comptables néerlandais vont examiner les conséquences financières d’un arrêt de la participation au développement de cet avion de combat. Les Pays-Bas ont prévu de commander 85 exemplaires de cet avion. Mais seuls deux d’entre eux ont, pour l’instant, été commandés « fermes ». Le premier fait en ce moment, très discrètement, l’objet d’essais sur une base du Texas, à Fort Worth.

Certes une majorité parlementaire s’est exprimée, début juillet, pour l’arrêt du programme. Les travaillistes du PvDA ont fait basculé les partis opposés à cet achat; après avoir tergiversé durant des années : « contre » au début, « pour » ensuite l’achat du premier appareil d’essai, quand ils étaient en coalition avec les chrétiens-démocrates, puis à nouveau « contre » lors de l’achat du deuxième appareil. Mais le gouvernement minoritaire (libéraux du VVD et chrétiens-démocrates du CDA) n’a, pour l’instant, pas entendu renoncer à cet équipement qui doit venir relayer un F-16 en fin de vie et dont l’industrie néerlandaise aéronautique attend des retombées importantes (environ 1200 personnes travaillent sur le programme). Les premiers appareils achetés ont couté 158 millions d’euros (contre 98 millions d’euros prévus au départ). Et le budget néerlandais a déjà investi 800 millions d’euros dans le programme.

La question est donc cruciale. Faut-il arrêter ce programme et perdre ainsi non seulement l’investissement réalisé et les retombées futures, sans compter qu’il faudra bien budgéter le remplacement des F-16 ? Ou faut-il continuer malgré tout, à un moment clé, quand la Défense néerlandaise doit économiser 1 milliards d’euros sur 4 ans, voire plus (si d’autres plans de restriction budgétaire sont engagés dans le futur), et mettre à la porte 12.000 de ses « employés »… ? Cette question que les Néerlandais se posent, nombre de cours des comptes dans la plupart des pays européens devraient se poser…

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).