Quatre jours de traque le long des côtes somaliennes

Le dhow suspect stoppé par le Rotterdam (crédit : OTAN / Ocean Shield)

(BRUXELLES2) Un dhow pirate a été stoppé le 13 août au petit matin par la frégate néerlandaise HNLMS Rotterdam au terme d’une opération combinée menée par les forces anti-piraterie de l’Union européenne (Eunavfor Atalanta) et de l’OTAN (Ocean Shield) le long des côtes somaliennes.

Filature

L’alerte est en effet donnée par les autorités portuaires de Bossasso (au Puntland) quatre jours auparavant. Les Somaliens signalent l’attaque et le capture d’un dhow local. La filature est alors menée en l’air, par un avion de patrouille maritime et, sur mer, par des navires européens (français, allemand et néerlandais).

Localisation

Deux jours plus tard, premier résultat. Le dhow est ainsi localisé par la frégate française Lafayette (Eunavfor Atalanta). La visite du bord permet de se rendre compte que les pirates suspects avaient fui, sur un autre dhow, le Bourhan Nour. Le lendemain, ce dhow fut localisé par une autre unité d’Eunavfor, la frégate allemande FGS Sachsen. Il est clair alors que le navire suspect met le cap sur la Somalie, soit pour se mettre à l’abri, soit pour chercher des renforts. L’essentiel pour les marins est donc de stopper le dhow avant la côte. « Pour nous, il semblait très peu probable que les pirates veulent revenir à Bossaaso. Les autorités de ce pays ne font pas mystère de leurs intentions pour éradiquer la piraterie. Peut-être avaient-ils l’intention de revenir demander de l’aide à leurs collègues. A l’est de Bossasso, il y a encore deux navires capturés aux mains des pirates » explique le Commodore Ben Bekkering, commandant de la mission Ocean Shield, qui détaille la tactique mise en oeuvre par les marins pour stopper le dhow.

Intervention

« Nous avons donc décidé de stationner le Rotterdam sur la côte, en déployant les navires de débarquement (dont dispose le Rotterdam) dans un certain nombre d’endroits, pour bloquer toute retraite du dhow ou soutien. Comme prévu, le dhow est entré dans le piège. Il était alors à la portée du Rotterdam » détaille Ben Bekkering. « La situation était étrange pour les pirates. Il y avait non seulement le Rotterdam et le FGS Sachsen qui le suivaient de près, mais aussi un hélicoptère en l’air et plusieurs péniches de débarquement qui rendaient l’approche de la côte presque impossible »

« Il pouvait à peine bouger » confirme le commandant du Rotterdam le capitaine de frégate Huub Hulsker. « Quelques appels par le mégaphone du navire et deux coups de semonce ont permis de stopper le dhow. L’équipe d’arraisonnement était alors rapidement à bord. 20 minutes plus tard, la situation était entièrement sous contrôle. »

Arrestation

L’équipage a été libéré et est en de « bonnes conditions » précise-t-on à Northwood, le QG d’Ocean Shield comme d’Eunavfor Atalanta. Les pirates suspects ont été arrêtés et transférés sur le Rotterdam en « attendant une décision sur le suivi judiciaire ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).