Together in, together out. La symbolique… et la réalité

(BRUXELLES2) C’est le nouveau mantra de l’Alliance Atlantique, répété à satiété par plusieurs dirigeants politiques, depuis plusieurs jours avant Chicago et durant le sommet. « Together in, together out ». Autrement dit : nous sommes entrés ensemble, nous en sortirons ensemble. Simplement ce principe est faux et bafoué à chaque instant. Tout d’abord, ainsi que nous l’avons précisé, tous les pays ne sont pas entrés en même temps en Afghanistan. A la différence des Français ou des Britanniques, certains ont attendu bien sagement avant d’augmenter leurs troupes. Ensuite, parce que l’engagement armé, même au sein d’une Alliance militaire étroite comme l’OTAN, obéit avant tout à des considérations nationales. La chute du gouvernement néerlandais sur la question du retrait des troupes en Afghanistan le prouve. La décision d’un retrait anticipé prise en France sous le gouvernement Sarkozy et accélérée avec François Hollande le confirme.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).