Hélicoptère en panne, le SAV européen

récupération de la pièce droppée (crédit : marine néerlandaise)

(BRUXELLES2) Comment faire quand on a un hélicoptère en panne à bord d’un navire le long des côtes somaliennes ? Le capitaine du HLMNS Van Amstel était bien embêté. Lundi son hélicoptère de bord, Lynx, avait dû faire un atterrissage d’urgence, en raison d’une fuite dans le circuit hydraulique. Et sans hélicoptère à bord d’une frégate, la chasse aux pirates devient un peu une chasse à l’aveugle… Encore plus la surveillance des côtes, sa mission.

La solution a été trouvée avec un peu d’astuce et la solidarité de ses homologues européens engagés dans l’opération Eunavfor Atalanta. Un militaire du FHQ logistique de Djibouti est parti chercher la pièce aux Pays-Bas. Une fois revenu, elle a été embarquée dans un avion de patrouille maritime, le P3 Orion espagnol, qui l’a droppée en mer. A charge pour les marins néerlandais de récupérer la pièce. Apparemment, avec succès. Le mécanicien de bord était tout heureux de pouvoir remettre tout en place. En attendant, c’est l’hélicoptère de bord allemand du FGS Berlin qui a apporté différents matériels et équipements tandis que le navire de commandement français, le FS Marne, l’approvisionnait en carburant… Ouf !

Les camps de pirates n’ont désormais plus qu’à bien se tenir. Les Néerlandais ont repris leur mission de surveillance de la côte, voire plus… Des actions plus offensives étant désormais étudiées très concrètement…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.