La stabilisation au Mali enjeu, nouveau, pour les 27

Armée malienne lors du défilé du 14 juillet 2010 (crédit : ministère français de la Défense / DICOD)

(BRUXELLES2) La situation au Mali devrait être évoquée par les 27 ministres des Affaires étrangères lors de leur réunion de lundi (23 avril) à Luxembourg. Des discussions sont actuellement « en cours » sur la nature du soutien que l’UE pourrait apporter à la transition dans le pays. Le sujet sera d’ailleurs à l’ordre du COPS – le comité politique et de sécurité – ce vendredi (20 avril). L’objectif est pour les Européens d’apporter tout le soutien possible à la CEDEAO. Ainsi, si nécessaire, des forces africaines déjà engagées dans des missions internationales de l’ONU déjà déployées en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Liberia…) pourraient être redéployées au Mali, selon nos informations. Comme l’a précisé Catherine Ashton, la Haute représentante, lors d’une intervention au Parlement européen, cette semaine, une approche régionale est nécessaire : « Nous sommes déjà en contact étroit avec la CEDEAO sur leurs propositions pour fournir un soutien au secteur de la sécurité, notamment au Nord. Mais nous devons aussi travailler de près avec tous les pays voisins – Mauritanie, Niger, Algérie, Burkina Faso, Côte d’Ivoire ». Cela requiert « une prudente réflexion sur ce que pourrait être la nature d’une telle mission et comment la coordonner avec le nécessaire renforcement de l’Armée nationale du Mali et la gendarmerie ».

« Le Nord ne doit pas devenir une zone de non-droit »

La Haute représentante a affirmé qu’il faut laisser aux autorités maliennes le soin de définir les besoins. « Ce sera au gouvernement intérimaire de décider quel support, y compris militaire, ils veulent, et de la part de qui. » il n’est dans l’intérêt de personne que le Nord « ne devienne effectivement une zone de non-droit ». Dans le même esprit, les Européens pourraient accélérer le déploiement de leur mission d’assistance aux forces de sécurité au Niger, pour éviter une déstabilisation supplémentaire.

Lire aussi :La mission au Sahel revue à la lumière de la situation au Mali ?