Le coup d’Etat au Mali s’invite à l’ordre du jour du Conseil

(B2) Le coup d’Etat militaire perpétré dans la nuit de mercredi à jeudi au Mali constituera un sujet de discussions au Conseil des Affaires Etrangères ce vendredi 23 mars. C’est en tout cas la conviction du ministre français des affaires étrangères Alain Juppé. Ce conseil « sera l’occasion de discuter des mesures que l’Union européenne doit prendre en réaction avec cette situation. » a-t-il expliqué dans un communiqué diffusé par le quai d’Orsay. D’autant que le Sahel sera au coeur des discussions. En attendant, « la France suspend toutes ses coopérations régaliennes avec le Mali. Nous maintenons notre aide en faveur de la population, en particulier l’aide alimentaire, et nous poursuivons notre action dans la lutte contre le terrorisme ».

La rébellion militaire a été condamnée par la Haute Représentante de l’UE, Catherine Ashton, du bout des doigts condamnant cet « apparent coup d’Etat à Bamako » rappelant que la période était « cruciale » pour le pays, « marqué par une rébellion dans le Nord« . Le Sahel figurait déjà à l’ordre du Conseil des « 27 », les ministres devant approuver le principe et le concept général d’opération (CMC) d’une opération de défense, se déployant essentiellement au Niger. Lire également : L’opération PSDC Niger : 5 menaces pèsent sur le pays. Les objectifs de la mission