Budget militaire R&T : la cote d’alerte est atteinte

(crédit : agence européenne de défense / Conseil de l'UE)

(BRUXELLES2) La directrice de l’Agence européenne de la Défense, Claude-France Arnould, a entendu sonner l’alarme sur les dépenses militaires dans l’Union européenne, particulièrement en matière de recherche et technologie, lors du conseil des ministres de la Défense, jeudi (22 mars).

Les chiffres que nous avons sont « inquiétants sur la baisse des budgets, particulièrement en matière de recherche et technologie, et encore plus pour les projets menés en coopération » a-t-elle expliqué en une réponse de B2 lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil. On peut dire que nous avons atteint « le niveau d’alerte. Les chiffres sont alarmants ».

La baisse des budgets de R&T : la preuve par les chiffres

Les budgets de recherche et technologie ont ainsi été réduits de 22% les cinq dernières années selon une donnée agglomérant tous les chiffres des Etats membres (entre 2006 et 2010). Ceux-ci n’affectent ainsi qu’à peine 1% de leur budget total de défense à la R&T (alors qu’ils s’étaient engagés à y consacrer 2%), soit 2,1 milliards d’euros en 2010. Quant aux projets de coopération, ils ne représentent plus que 12% du budget R&T (alors que l’objectif était de 20%), soit 264 millions d’euros. Ce qui n’est pas grand chose ! La moitié de ces projets sont menés en bilatéral, essentiellement dans le cadre de la coopération franco-britannique ; pour nombre de pays (Italie, Espagne…), la coopération est faite de manière multilatérale par le biais de l’Agence européenne de défense. Le tout dans un contexte d’augmentation des budgets d’équipement (par effet de rattrapage sur les années précédentes).

Des synergies avec la Commission européenne

Pour Claude-France Arnould : « il est urgent de trouver des réponses et de limiter les conséquences des baisses de budget ».  « Cela passe par des choses très concrètes, les programmes proposés par les ministres, les démonstrations et les démonstrateurs » a précisé la directrice de l’Agence européenne de défense. « Et surtout de trouver des synergies avec la Commission européenne ». Une réunion s’est ainsi tenue, hier (mercredi) avec plusieurs commissaires – Tajani (Industrie), Malström (Intérieur), Kallas (Transports), Kroes (Société de l’information/cybersécurité) dans le cadre de la « High Level Security Roundtable ».

Il faut améliorer « toutes les synergies » entre ce qui est dépensé dans les budgets nationaux – via ce qui peut passer par les budgets de l’Agence européenne de défense – et ceux de la Commission européenne pour l’Europe UE 2020. En clair, il s’agit d’éviter les doublons et de voir si certains projets intéressant à la fois la sécurité (projets civiles) et la défense (projets militaires) peuvent être financés sur les budgets de recherche de la Commission européenne, notamment dans le cadre du prochain cadre financier pluriannuel (2014-2020).

Lire également : Les budgets de défense européens s’effondrent en 2011. Et 2012 ne sera pas mieux

TwitterFacebookLinkedInGoogle+PinterestPrintFriendlyPartager/Marquer