La MIC déclenchée après les explosions à Brazzaville

La Commissaire chargée de la réaction aux crises, Kristalina Georgieva, sur le site des explosions à Mpila, Brazzaville (crédit: Commission Européenne)

(B2) Ça y est, le Mécanisme européen de Protection Civile a été activé pour assister le Congo, après les explosions du 4 mars dernier à Brazzaville qui ont causé la mort de plus de 200 personnes. Cette activation permet notamment de débloquer un financement européen pour les experts envoyés sur place.

L’Union européenne va ainsi envoyer une équipe de 3 experts de la protection civile pour « évaluer les capacités des servies d’urgence de la République du Congo et assister le gouvernement dans sa gestion des conséquences de cette catastrophe », selon la lettre de mission officielle. Parallèlement, 2 experts humanitaires sont déjà sur place. L’UE collabore également avec l’ONU dans le cadre de la mission déployée sur place afin d’analyser les besoins environnementaux, notamment en termes de stabilité des bâtiments, avec une attention particulière portée sur les écoles et les hôpitaux. Cette mission dispose d’un expert de l’UE et trois de l’ONU.

En outre, l’UE a décidé d’augmenter son aide financière, en débloquant 1,25 million d’euros (en plus des 200.000 de la semaine dernière). Une aide qui sera transférée aux organisations « partenaires sur le terrain »: la Fédération Internationale de la Croix Rouge (IFRC) pour ce qui concerne l’assainissement de l’eau, les soins et les abris, et le Mining Advisory Group (MAG), une ONG britannique, pour le déminage et de la sécurité des lieux.

Lire également : Explosions dans un stock de munitions au Congo. L’Europe prête à faire plus