Orban, un sentiment mitigé

Le Premier ministre hongrois a fait une intervention remarquée, suivie d’un long débat au Parlement européen aujourd’hui (mercredi 18 janvier). On ne peut s’empêcher d’avoir cependant un sentiment mélangé. La Hongrie n’a pas viré au totalitarisme, les chars ne sont pas dans la rue, les opposants ne sont pas fouillés et arrêtés. Et la nouvelle Constitution hongroise n’est pas le texte liberticide tant dénoncé.

Certes, elle ne parle plus de la république de Hongrie dans son titre. Mais elle met bien dès son premier article que le statut est la République. C’est davantage un texte mettant la barre à droite, de façon chrétienne traditionaliste. Son introduction exceptionnellement longue, rendant hommage à la chrétienté ; certains articles reconnaissant à l’embryon sa protection dès la conception, en attestent.

Ce n’est pas non plus la novation tant vantée par Orban mettant fin à une constitution stalinienne. La constitution de 1949 avait déjà été modifiée dès 1989 et 1990 puis à plusieurs reprises en 1994…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).