Un seul battlegroup début 2012. La transformation des armées en objectif

(BRUXELLES2) Faute de volontaires, les « 27 » ont convenu de ne laisser qu’un seul groupement tactique (battlegroup) de permanence au premier semestre 2012. C’était dans l’air. C’est désormais officiellement inscrit, ainsi qu’en attestent les conclusions adoptées par les ministres des Affaires étrangères le 1er décembre. Les Français, Belges et Luxembourgeois de permanence durant les six prochains mois seront donc seuls…

L’objectif de transformation des armées à égalité avec l’objectif opérationnel

Les ministres de la Défense de l’Union européenne n’envisagent pas de revoir le « niveau d’ambition tel que défini dans le concept des battlegroups », qui prévoit notamment d’avoir deux groupes de permanence par semestre. Les groupements sont non seulement un élément opérationnel, ils contribuent « à l’interopérabilité entre Etats membres et reste un vecteur pour la transformation de nos forces armées vers des forces plus mobiles et plus rapidement déployables » est-il précision dans les conclusions adoptée le 1er décembre. On replace ainsi les battlegroups dans un concept plus d’entraînement des troupes et d’adaptation des armées que dans une perspective d’utilisation.

Un petit effort s’il vous plait

Les « 27 » ont cependant entendu souligner l’importance de faciliter leur utilisation dans des opérations. Ils ont ainsi demandé à chacun de faire un « effort supplémentaire » pour remédier à de telles lacunes dans le futur. Et ils se sont fixés une date limite, à la fin de l’année pour tenter d’aboutir à un accord sur le mécanisme Athena, qui permet de prendre en charge certains frais générés par les battlegroups.

Interaction civile

Suivant quelques idées en cours – et notamment la proposition polonaise et les travaux entrepris au sein du service diplomatique européen – les 27 ont aussi acté de la nécessité de renforcer l’interaction entre les battlegroups au niveau européen et les possibilités d’interconnexion avec des acteurs civils. La Haute représentante devra ainsi fournir un rapport sur ces sujets au premier semestre 2012.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Une pensée sur “Un seul battlegroup début 2012. La transformation des armées en objectif

  • 18 décembre 2011 à 15:48
    Permalink

    Mouai ! On peut dire ce que l’on veut, c’est juste des entrainements… Cela prouve encore une fois le manque de volonté de créer une unité européenne, et une stratégie européenne opérationnelle et influence commune. On joue sur les mots, professionnalisation et proportionnalité… alors que l’on pense armée expéditionnaire influente, mais vu la volonté faiblissante de la communauté. Et la crise actuelle, c’est donc la porte ouverte à la réduction de budget dans le silence total. On est vraiment dans la naïveté face aux autres blocs, et les usa seront toujours d’accord d’intervenir pour nous… et dans notre intérêt. Le monde change, la Chine, l’Inde, l’Iran, et le moyen orient, les usa se dirigent vers le pacifique…40-45, 14-18 on était dans le même esprit.

Commentaires fermés.