Trois ambassadeurs de l’UE nommés au Kosovo, Macédoine et Palestine

(BRUXELLES2) Trois nouveaux ambassadeurs vont prendre leurs fonctions à Pristina (Kosovo), Skopje (Fyrom/Macédoine) et Jerusalem (Cisjordanie, Gaza et Unrwa). Leur nomination vient d’être annoncée par la Haute représentante, par biais de communiqué. Trois nominations dans des zones sensibles qui vont à des nationaux de pays entrés au dernier élargissement (Slovénie, Estonie, Malte). Deux diplomates expérimentés… et un ministre des Affaires étrangères. Précisons que les terminologies des postes sont légèrement différents : délégation de l’UE en Fyrom, bureau de l’UE au Kosovo, représentation de l’UE en Palestine. Ceci étant la conséquence de la différence de statut de ces « pays » au niveau de l’Union européenne.

Kosovo : le Slovène Samuel Žbogar

Une nomination qui n’est pas anodine. Samuel Žbogar est l’actuel ministre des Affaires étrangères de Slovénie (depuis novembre 2008). Après les élections de décembre qui ont vu la victoire d’un nouveau parti, « Slovénie positive« , du maire de Ljubljana Zoran Janković, il quitte donc ce poste politique pour arriver au Kosovo, d’abord comme chef de la délégation de l’UE, puis pour coiffer la double casquette de représentant spécial de l’UE. Cette dernière nomination doit encore être confirmée dans les semaines à venir par une décision du Conseil de l’UE. Ce qui mettra fin ainsi au long intérim de Gentilini.

Né en 1962, diplômé de la faculté des sciences sociales et politiques de Ljubljana, il a été dans les corridors de plusieurs des évolutions de la Yougoslavie vers la marche vers l’Europe. Intégré au comité de la république slovène pour la coopération internationale en 1987, il est 3e secrétaire au département des pays du voisinage au ministère (fédéral) des affaires étrangères à Belgrade en 1990. En 1991, il devient, conseiller au (premier)ministère slovène des Affaires étrangères (Dimitrij Rupel) et participe comme secrétaire de la délégation slovène à la conférence internationale sur l’ex-Yougoslavie. Représentant permanent adjoint à la représentation permanente auprès des Nations-Unies à New York (1997-2001), aux cotés de Danilo Türk (l’actuel président de la république slovène), il siège au Conseil de sécurité à une époque cruciale pour le Kosovo (1998-1999). Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de 2001 à 2004 (auprès de Rupel qui est Ministre), il participe aux dernières négociations de l’adhésion de la Slovénie à l’Union européenne (UE) comme à l’OTAN. Signalons aussi qu’il a été chargé d’affaires à l’ambassade slovène de Pékin (1993-1995), directeur du département Afrique, Asie, Amérique latine et Pacifique au ministère à Ljubjlana (1995-1997) et ambassadeur auprès des Etats-Unis (2004-2008). Marié, père de trois enfants, il est polyglotte parlant l’anglais, l’italien, le français comme le serbe et le croate. Il adore la course de fond, indique sa biographie officielle. Il en aura bien besoin au Kosovo !

Lire également :

•  Fyrom : l’Estonien Aivo Orav

Diplomate expérimenté, actuellement ambassadeur pour son pays en Turquie mais accrédité aussi pour l’Azerbaidjan, le Liban, la Syrie… et la Macédoine, il a fait toute sa carrière dans la toute jeune diplomatie estonienne.

Né en 1965 à Pärnu, diplômé de l’université de physique et chimie (1990) puis de l’école de diplomatie de Tallin (1992), Orav entre au ministère des affaires étrangères après l’indépendance en 1992. Il travaille d’abord à Vienne à la représentation permanente auprès de l’OSCE (1995-1998) puis au bureau des politiques et organisations internationales au ministère (1998-2000). Nommé ambassadeur en Pologne, (2000-2005), il couvre également la Bulgarie, la Roumanie et dans les derniers mois de son mandat la Macédoine. Il repart ensuite au ministère des Affaires comme directeur politique (2005-2008).

• Palestine : le Maltais John Gatt-Rutter est déjà sur place où il assure l’intérim de la délégation de l’UE, comme numéro 2.

Né en 1971, ayant fait ses études au Prior Park College, c’est un spécialiste du Moyen-Orient, ayant déjà travaillé sur cette question soit dans les institutions européennes (comme conseiller au Conseil sur le processus du Moyen-Orient), soit au ministère maltais des Affaires étrangères. Conseiller à la représentation permanente de Malte auprès de l’UE à Bruxelles, il avait été nommé en décembre 2010 président du groupe de travail Maghreb-Mashrek, avant de rejoindre la délégation en Palestine.