La Lettonie pas partisane d’un OHQ européen

(B2) Le ministre de la Défense letton, Artis Pabriks, l’a répété avant la réunion des 27 ministres de la Défense, il n’est pas vraiment partisan de la mise en place d’un quartier général européen, ou plus exactement d’un centre de conduite opérationnel des missions militaires de l’UE.

« Nous faisons un effort pour réduire les commandements au niveau national et de l’OTAN ; il n’y a aucune raison de créer un nouveau commandement au niveau de l’UE, surtout s’il nécessite un engagement financier important » a-t-il déclaré à nos collègues de Diena avant son départ pour Bruxelles. En revanche, il montre plus enthousiasme à l’idée de renforcer les capacités européennes et notamment de développer la coopération régionale.

La Lettonie a ainsi entrepris un rapprochement avec l’Autriche. Le ministre de la Défense a notamment exprimé son intérêt pour pouvoir récupérer des matériels qui ne seraient plus employés par les Autrichiens, dans le cadre de la réorganisation de leurs forces armées (professionalisation), notamment en matière d’armement et d’équipement de l’infanterie. Il a également fait une offre de coopération en matière de formation, comme l’école de formation à la plongée ou le centre de formation sur les explosifs artisanaux (IED).

(Nicolas Gros-Verheyde)