Les pirates de retour au large des Seychelles. Thoniers menacés également (Maj)

Un skiff pirates (crédit : Eunavfor)

(BRUXELLES2) Il n’y a pas que les touristes en voyage de nuit de noce ou amateurs de décors paisibles et de douce chaleur à aimer les Seychelles. Les pirates, également, semblent priser l’archipel, qui avec ces centaines d’ilots dispersés autour, leur permet, éventuellement, offrent des abris temporaires, pour foncer au besoin sur leurs proies.

Un chalutier taïwanais, 28 marins

Un chalutier taiwanais a, sans doute, été capturé par les pirates. Le Chin Yi Wen a 28 hommes d’équipage à bord (9 Chinois, 8 philippins, 6 Indonésiens et 5 Vietnamiens). Et tout contact avec le navire a été perdu depuis vendredi a annoncé le ministère taïwanais des Affaires étrangères samedi (5 novembre). Le navire a mis le cap à toutes allures vers la côte somalienne, a-t-il expliqué. Taïwan a demandé l’aide de l’Union européenne, de la France et du Royaume-Uni, entre autres, pour permettre de récupérer ce navire. (Maj) Les marins ont pu se libérer de leurs ravisseurs dans l’après-midi de dimanche, selon l’agence de presse de Taïwan. L’intervention de la Marine britannique a été déterminante, semble-t-il. 3 marins blessés légèrement dans l’opération. Le navire fait désormais route vers Port-Victoria (Seychelles), accompagné par les navires britannique et des forces seychelloises.

Un navire de pêche des Seychelles, 2 pêcheurs

Tout contact a été perdu avec un navire de pêche local, à 65 milles à l’ouest de Mahé, depuis plus d’une semaine, a annoncé le commandement des gardes-côtes des Seychelles samedi (5 novembre). L’Aride avec ses deux hommes d’équipage pourrait avoir été capturé par les pirates, précisent les autorités, selon nos confrères seychellois. Un avion de patrouille norvégien – qui participe à l’opération de l’OTAN Ocean Shield – et des navires européens ont bien patrouillé dans la zone. Mais tout espoir de les retrouver semble compromis.

Un thonier français échappe de peu

Le Torre Giulia, le thonier armé de la Compagnie Française du Thon Océanique (de Concarneau) armé par la CMB, anciennement italien et battant désormais pavillon français, a été attaqué par des pirates à 200 milles au nord-ouest de l’ile Denis, qui appartient à l’archipel des Seychelles. Attaque déjouée grâce à la présence des militaires à bord. Ce n’est pas la première fois cette année que des thoniers sont attaqués cette année, semble-t-il. Mais les équipages ont reçu stricte consigne de « la boucler », et de ne rien dire de ces attaques à la presse.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).