Pas de menace grave à la sécurité. La mission non-exécutive se met en place

(BRUXELLES2) Le rapport trimestriel de l’opération Eufor Althea remis (en anglais)  aux Nations-Unies montre une certaine stabilité mais une préoccupation croissante par rapport à la situation politique et économique. En voici les principaux aspects.

Rhétorique nationaliste mais pas de menace grave à la sécurité

« La rhétorique nationale continue de prévoir de tous côtés et les leaders politiques de la Republika Srpska continuent de discuter la légitimité des institutions de Bosnie-Herzégovine. » (Mais) « la situation générale de la sécurité en Bosnie reste calme et stable sur toute la période du rapport. Une rhétorique nationaliste inflammatoire continue mais n’a pas d’impact sur la sécurité et la stabilité *. La situation économique en Bosnie-Herzégovine reste défavorable conduisant à des tensions sociales. »

Quelques inquiétudes néanmoins

« L’impasse politique, les problèmes économiques et financiers, s’ils ne sont pas résolus de manière appropriée pourraient devenir une préoccupation croissante. » Point nouveau : « Les incidents inter-ethniques ont augmenté de façon significative » en été 2011 par rapport à la même période en 2010. « La majorité des attaques a une connotation religieuse. » Mais « en dépit de difficultés politiques récurrentes, les agences de maintien de l’ordre ont toujours prouvé qu’elles étaient capables de faire face aux menaces sur la sécurité *. Et EUFOR n’a jamais été appelé en renfort pour restaurer ou assister à restaurer l’ordre * ».

La commémoration annuel du génocide de Srebrenica (le 11 juillet) s’est déroulé dans « une atmosphère pacifique ». Et si « l’arrestation de Goran Hadzic a été suivie par un certain nombre d’incidents mineurs, essentiellement en Republika Srpska (…) aucun incident significatif ou de manifestations violentes menaçant la sécurité * n’ont été recensées. »

La mission non exécutive se met en place

Coté forces à l’heure de la rédaction du rapport, EUFOR comptait 1300 personnels. Et la mise en place de forces de « capacity building » continue : 22 équipes de formation mobiles (MTT) ont été déployées dans le pays pour fournir un soutien de formation spécifique à l’armée de Bosnie-Herzégovine, selon des normes internationaux. Des réunions communes sont organisées avec l’OTAN à Sarajevo et les représentants du gouvernement. EUFOR continue également d’assurer une observation des sites de stockage d’armes et de munitions, des mouvements d’armes et d’équipement militaires, et des entreprises de l’industrie de défense.

(*) Le rapport utilise l’acronyme typique des opérations de maintien de la paix : SASE comme « Safe and Secure Environment ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).