L’OpPlan de la mission EUSEC Congo modifié. On recrute

L’OpPlan de la mission EUSEC Congo modifié. On recrute

(BRUXELLES2) Le chef de la mission EUSEC Congo, le général A. Martins, a lancé un appel à candidatures aux Etats membres pour une quarantaine de postes.  Certains sont ouverts à des contractuels (Analyste, Expert en Génie, Directeur Administratif, Finance, Soutien, Expert Marchés publics). La plupart des autres sont pour des militaires détachement (Conseiller auprès du Ministre de la Défense, Conseiller auprès du Chef d’Etat-major Général, Chef Conseil Régions Militaires, Expert Droits de l’Homme/Genre, Gestionnaire Logistique, porte-parole, expert en formation ou conseiller dans les régions militaires, logicsticien…).

Une différence importante. En effet, pour les postes détachés, « seules les propositions reçues via les canaux officiels des EM seront prises en considérations » est-il précisé. Tandis que pour les personnels sous contrat, c’est le chef de mission qui assure le recrutement directement (contact : recrutement@eusec-rdc.eu). Délai : avant le 4 novembre. Les postes sont situés à Kinshasa pour la plupart, mais certains sont dans les régions (Goma, Bukavu, Lubumbashi). Durée de l’engagement ou du contrat : 1 an en général. Télécharger la liste des postes

Redéfinition de la mission

Le plan d’opération de la mission EUSEC Congo a été revu, fin septembre, fixant dorénavant 5 objectifs à la mission :

  • l’appui et le conseil au niveau stratégique à Kinshasa et dans les Régions militaires,
  • la consolidation de l’administration et la mise en place d’un système de gestion des ressources humaines s’appuyant sur les travaux en cours,
  • la modernisation de la logistique,
  • la relance du système de formation, particulièrement des cadres, avec notamment le soutien au projet d’Ecole d’administration et d’Académie militaire à Kananga et d’Ecole de la logistique à Kinshasa,
  • les activités liées à la lutte contre l’impunité dans les domaines du respect des droits de l’Homme et du genre, y inclus les violences sexuelles.
TwitterFacebookLinkedInGoogle+PrintFriendly