Le Proche-Orient au programme du Gymnich de Sopot

Le Sheraton de Sopot, lieu du Gymnich

(BRUXELLES2) Les 27 ministres des Affaires étrangères se rencontrent vendredi (à partir de 12h) et samedi (2 et 3 septembre) de manière informelle à Sopot (sur la côte polonaise près de Gdansk). Lors de cette rencontre semestrielle, qui a lieu dans le pays de la présidence tournante, les 27 auront comme plat principal le processus de paix au Proche-Orient, et notamment la position sur la Palestine (Sujet abordé dans la séance de l’après-midi du vendredi). Les Européens apparaissent, en effet,  fortement divisés alors que l’Etat palestinien pourrait disposer d’une solide majorité en sa faveur à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre. Selon le quotidien israélien Haaretz,  qui cite fin août un télégramme de l’ambassadeur d’Israël à New-York (ONU), on dénombrerait environ 130 à 140 pays prêts à soutenir l’adhésion de l’Etat palestinien aux Nations-Unies. Tandis les soutiens à Israël se résumeraient à une petite minorité : seuls les Etats-Unis et 4 pays européens (Allemagne, Italie, Pays-Bas et République tchèque) ont informé Israël qu’ils voteraient contre l’adhésion.

La question des initiatives dans le voisinage du Sud et de l’Est sera également abordée (samedi matin). Un point important pour la présidence polonaise est le partenariat oriental, notamment la situation au Belarus et en Ukraine. Mais les ministres devraient également parler de la Syrie, selon nos informations. Point intéressant car seront présents à cette session les ministres des Affaires étrangères des pays candidats à l’UE, notamment le ministre turc, Ahmet Davutoglu. Et la Turquie occupe vis-à-vis de la Syrie un rôle (réellement) stratégique.

Autres sujets abordés : un tour d’horizon (vendredi) sur les « partenariats stratégiques » de l’UE. Sont concernés cette fois : l’Afrique du Sud, l’Inde et le Brésil.  On ne redira pas le mal que l’on pense de cette initiative qui avait juste fait un oubli dans les partenaires stratégiques de l’Europe : l’Afrique. L’actualité récente a rappelé, heureusement, combien il y avait une erreur… stratégique (*).

Pour se distraire les ministres auront droit à une promenade à pied dans la vieille ville de Gdansk et un dîner au  « Artus Court » une maison de maitre datant du XIVe et du temps où Gdansk (alias Dantzig) faisait partie de la ligue hanséatique.

(*) Croissance économique (supérieure à 5% par an) et croissance démographique (doublement de la population d’ici 2050 pour être supérieure à la Chine), pour citer… Nicolas Sarkozy dans son discours aux ambassadeurs.  Sans compter les richesses encore inexploitées en minerais divers (argent, uranium, diamants…), pétrole et gaz.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).