Français et Espagnols pour des missions plus robustes contre les pirates

(BRUXELLES2 à Wroclaw) Plusieurs pays ont défendu à Wroclaw la nécessité de doter la mission anti-piraterie de l’UE, EUnavfor Atalanta, de moyens plus robustes, plus « efficaces » d’intervention face aux pirates. Cela a été le sens de l’intervention des ministres français (G. Longuet) comme espagnol (C. Chacon) de la Défense. Le représentant allemand (en l’absence du ministre, c’était le secrétaire d’Etat parlementaire, Christian Schmidt qui était à la table des ministres), s’est discrètement tu. On sait que ce n’est pas une option défendue par l’Allemagne.

Pourtant Duncan Potts, le chef de mission a présenté plusieurs options, notamment la fameuse option IV qui permettrait d’aller sur les plages de façon préventive, pour détruire les bases pirates. Mais aucun accord n’a pu être obtenu. Ce n’était pas vraiment le lieu, ni le moment, argue un diplomate européen.

Lire également :