Avoir un retour d’expérience de l’opération en Libye

(BRUXELLES2 à Wroclaw) Parmi les sujets abordés lors du dîner des ministres de la Défense, a aussi émergé le fait que certaines lacunes méritaient d’être comblées. « Il faut faire l’inventaire de ce que nous savons faire, ou pas faire, ce que nous pouvons faire ou pas faire, et les moyens qui nous manquent » a expliqué Gérard Longuet. « Un retour d’expérience des 6 mois d’opération en Libye qui soit un diagnostic précis et puisse donner des solutions concrètes. » Travail qui pourrait être fait « par la présidence polonaise ». Français et Britanniques vont se rencontrer dès le 12 octobre prochain pour dresser un état des lieux à travers un retour d’expérience mutuelle. Les lacunes sont assez précisément identifiées : le ravitaillement, le renseignement, les munitions…

Un projet européen sur les munitions

On peut ajouter que l’Agence européenne de défense a commencé à travailler sur certains questions, notamment celles des munitions. Il s’agit d’étudier – selon nos informations – de quelle manière on peut avoir un partage de munitions, dites intelligentes (Nb : comme les bombes lasers qui ont manqué en Libye), par exemple pour mettre en commun certains stocks de réserve entre des pays qui utilisent les mêmes types de munitions ou s’assurer d’un approvisionnement rapide en cas de besoin.