Un amiral britannique numéro2 de l’Etat-Major européen

Un amiral britannique numéro2 de l’Etat-Major européen

Bruce Williams sur l'Uss San Jacinto lorsqu'il commande la CTF58 (crédit : US Navy)

(BRUXELLES2) Le commandement militaire de l’Union européenne devient totalement anglo-saxon. C’est en effet un Britannique qui devient le numéro 2 de l’Etat-Major de l’Union européenne aux cotés du Néerlandais Van Och. Le rear-admiral (vice-amiral) Bruce Williams a une large expérience de la planification comme de la conduite des opérations d’interdiction maritimes surtout celles menées dans le cadre de la lutte anti-terroriste ou des deux interventions multinationales en Irak.

Entré dans la Navy en 1980, il participe en effet à la guerre du Golfe de 1991 comme officier d’opérations d’escadron. Promu commander en 1993, il est affecté comme conseiller-adjoint de la Défense auprès de l’ambassadeur britannique à Singapour, il retourne à Londres en 1996 au quartier-général. Il fait ainsi partie de l’équipe qui met en place le QG permanent interarmées des forces britanniques (PJHQ).

Commandant du HMS Norfolk (1998), il se trouve engagé dans les opérations au Sierra Leone (Opération Basilica) et en Adriatique (Opération Allied Force). En 2001, il est promu Captain et devient assistant du directeur des opérations navales, où il se concentre sur la coordination stratégique militaire notamment dans le cadre de la « guerre globale contre le terrorisme », en Irak et en Afghanistan. En 2003, à la tête du HMS Campbeltown qui se trouve engagé dans des opérations d’interdiction maritime : la TF 440 dans l’est de la Méditerranée (Active Endeavour), la CTF150 et la CTF152 (opérations Calash et Enduring Freedom), dans le canal de Suez et dans le Golfe.

En septembre 2005, Bruce Williams commande la CTF 58 chargée de protéger les puits de pétrole notamment de Al Basra et Khawr Al Amaya dans le cadre de l’opération Iraqi Freedom. puis la CTF 150, formée essentiellement par la 5e flotte US qui assure la sécurité dans l’Océan indien en 2006. Pendant ce commandement, il a appliqué l’interdiction navale des côtes somaliennes durant la bataille de Ras Kamboni qui a opposé, en janvier 2007, le gouvernement transitoire somalien (GFT) et l’Ethiopie à l’Union des tribunaux islamiques. Chef de l’UK Task Group en 2008, il prend la direction du Joint Services Command & Staff College. Il arbore les trois étoiles de Rear Admiral et passe en juillet 2009 à l’OTAN à Naples comme chef de l’Etat major de la composante maritime alliée, jusqu’à février 2011.

TwitterFacebookLinkedInGoogle+PrintFriendly