Le club des 5. Espagne et Italie rejoignent le trio de Weimar sur le QG européen

(BRUXELLES2) Les ministres italien et espagnol des Affaires étrangères ont profité de la réunion informelle à Sopot (Pologne) pour annoncer qu’ils se ralliaient à la proposition franco-germano-polonaise de développer un QG européen autonome pour conduire les opérations militaires européennes de maintien de la paix. Cette nouvelle lettre – signée de 5 ministres (le club des 5)- demande à Catherine Ashton, la Haute représentante de l’UE, de « créer des structures communes dans le domaine de la défense et de sécurité commune ». Une position qui a été prise après l’échec des discussions entre les 27 et du veto britannique posé à la mise en place de ce QG.

Venant de pays comme l’Italie et l’Espagne qui ont généralement soutenu le développement d’une politique européenne de défense – la première se situant davantage pour l’instant dans la parole et la seconde dans les actes – ce n’est pas une surprise. Mais c’est une pression accrue, politique, pour la mise en place de ce QG. D’autres ralliements pourraient suivre ainsi. Il faudra alors compter ceux qui veulent vraiment de ce QG et ceux qui ne le veulent pas. Puis passer à une seconde phase plus juridique avec la mise en place de ce QG. On ne peut, cette fois, prétexter un manque de base légale ; il y a un certain nombre de dispositifs le permettant (accord ad hoc, coopération renforcée, coopération structurée permanente). Quant à la soi-disant concurrence avec l’OTAN, tout le monde sait que c’est une excuse bidon.

Lire également :