L’Espagne soutient la prolongation d’EUTM et espère un relais par la France

(crédit : ministère espagnol de la Défense)

(BRUXELLES2) Après les Seychelles, Djibouti, la ministre espagnole de la Défense, Carme Chacon, était en Ouganda la semaine dernière pour rendre visite aux militaires déployés dans le cadre de la mission de formation des soldats somaliens (EUTM Somalia). L’occasion de souligner l’intérêt à plus d’un titre de cette mission.

Une mission qui permet de s’attaquer aux racines du mal de la piraterie

« La stabilité de la Somalie est importante pour nous, sur nombre de sujets. Tout d’abord, c’est le devoir éthique de solidarité mais aussi parce que quand on parle de sécurité, nous parlons aussi de notre sécurité. Lorsque nous parlons de son avenir, dans une certaine mesure, nous parlons aussi de notre avenir. (…) Une formation efficace des forces de sécurité somaliennes, qui permettent au gouvernement fédéral de transition d’étendre son autorité dans tout le pays. Seulement alors, on pourra s’attaquer aux racines du mal et libérer les eaux indiennes du fléau de la piraterie. » a expliqué Carme Chacon.

L’Espagne espère un relais par la France

La ministre milite pour la prolongation de la mission qui a prouvé son efficacité. « L’Espagne va demander à l’UE d’étendre la mission EUTM d’une autre année » a-t-elle expliqué. L’Espagne qui a assuré le rôle de nation-cadre, fournissant le plus grand nombre de militaires (38 sur un total d’environ 150 personnes), ne souhaite plus assumer ce rôle, ainsi que B2 l’a déjà publié. Mais elle restera « l’un des plus grands contributeurs de troupes à l’opération ». Carme Chacon souhaite passer le témoin à un autre pays. Ce pourrait être « la France, espère la Ministre » selon nos confrères d’El Pais.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).