Un Britannique à l’Agence européenne de défense, heureux !

(BRUXELLES2) Gerald Howarth, le secrétaire d’Etat britannique chargé de la Stratégie de sécurité internationale, a passé aujourd’hui une partie de sa journée à l’Agence européenne de défense. Il a pu aussi assister à la première démonstration du système de surveillance maritime (Marsur) développé par l’Agence. Et il en est sorti… content. Un Britannique content d’une initiative européenne, d’autant plus quand il est conservateur et plutôt eurosceptique, c’est assez rare pour être signalé 🙂

« Je suis venu pour voir comment nous pouvions avoir une agence qui renforce de façon nos capacités pratiques et permettent d’avoir un retour sur l’argent investi. » a-t-il déclaré à la sortie de l’expérience à un trio de journalistes (dont B2). « Les progrès sont encourageants. Marsur est un très bon exemple. » Et le ministre de se lancer dans un plaidoyer chaleureux en faveur de cette initiative européenne. «Marsur constitue une très intéressante contribution pratique, une source extrêmement précieuse pour nous aider dans la surveillance maritime. Nous avons tous besoin d’une coopération dans ce domaine, où nous devons faire face à des menaces, souvent asymétriques, comme le terrorisme. »

Atout supplémentaire pour le Britannique : « Il n’y a pas de conflit d’intérêt avec l’OTAN, c’est une bonne new, car l’OTAN ne pouvait pas faire çà. » S’appuyant sur l’exemple du quartier général conjoint établi à Northwood qui sert autant à l’Union européenne et l’OTAN, il souligne ainsi combien « les contribuables de notre pays reconnaîtront que nous faisons attention à chaque pound et… à chaque Euro soit bien utilisé ». Le Royaume-Uni deviendrait-il alors le premier supporter de l’agence ? pourrait-on se demander (question que je lui ai posée). Le Royaume-Uni « est membre de l’Union européenne et de l’agence européenne de défense. Et l’EDA nous procure un moyen pratique de retour sur investissement, une contribution pratique et sérieuse à la défense de l’Europe. » Eh oui !