Sikorski veut être un bon adjoint de Lady Ashton

Radek Sikorski vendredi à Varsovie face à la presse (© NGV)

(BRUXELLES2 à Varsovie) Le ministre polonais des Affaires étrangères, Radek Sikorski, entend être durant les six mois de la présidence polonaise, un bon « adjoint » pour Lady Ashton, la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères.

Mieux utiliser la troika ministérielle

« Catherine Ashton a un agenda impossible. Elle a le portfolio de deux commissaires, doit coordonner l’action des ministres des Affaires étrangères (et de la défense) et faire sortir de zéro un véritable ministère européen des affaires étrangères » a-t-il expliqué. Et « même si ce n’est pas prévu dans le Traité Lisbonne, la troika ministérielle pourrait soutenir la Haute représentante dans des domaines où elle estime que c’est précieux. »

Le Kazakhstan, l’Afghanistan, la démocratisation

R. Sikorski présidera ainsi au nom de la Haute représentante le conseil de coopération Kazakhstan. Il planifie de l’assister si elle demande davantage. Par exemple lors du voyage en Inde, Pakistan, et Afghanistan. L’Afghanistan un pays qu’il connait bien pour y avoir voyagé depuis 25 ans. « Je serai un bon adjoint pour Ashton » promet-il. « C’est une position pragmatique permettant de rendre plus efficace et cohérente notre politique étrangère commune. Et cette position est tout à fait en ligne avec la ligne de notre présidence qui veut pousser à démocratisation de notre voisinage ».

Lady Ashton aurait à notre sens tout intérêt à structurer cette coopération, à laisser davantage les ministres des Affaires étrangères jouer un rôle, plutôt que les utiliser au coup par coup, en risquant à chaque fois d’être débordée.

Lire également :