Le mandat du RSUE Sud Méditerranée encore en discussion (maj)

(BRUXELLES2) En marge du Conseil européen, qui s’est déroulé jeudi et vendredi à Bruxelles, quelques mots ont été échangés sur le futur représentant spécial de l’Union européenne (RSUE) pour le Sud Méditerranée. Si le principe du poste ne fait pas discussion ni son titulaire (Bernardino Leon est « Le » candidat), la question du mandat suscite encore discussion. Les Espagnols auraient souhaité que ce point soit réglé avant le Sommet pour sortir de cette réunion avec un succès Il n’en a rien été. La réunion exceptionnelle du comité politique et de sécurité de l’UE (COPS) prévue le 24 juin a été annulée. Ce point devrait désormais figurer à l’agenda du COPS mardi (28 juin). Et le texte approuvé après finalisation par procédure écrite d’ici juillet.

Péninsule arabique ou pas…

Parmi les points de discussion, les habituelles questions de budget ou de personnel… mais surtout l’extension du mandat à la péninsule panarabique. Un point soulevé notamment par le représentant britannique.

Une fois n’est pas coutume, je peux partager cette interrogation… Avoir un RSUE qui couvre du Maroc à l’Irak et au Yemen ne semble pas automatiquement un gage d’efficacité ni de cohérence. Le Maghreb est sensiblement différent du Mashrek ou de la péninsule arabique. Nombre des enjeux, de problèmes sont davantage reliés à son attachement africain qu’à la péninsule arabique. La nature des liens avec l’Europe est aussi de nature très différente. La coopération engagée par la Commission européenne n’est ainsi pas de même niveau dans les deux zones. Tout comme la question de l’immigration. Si on pousse plus loin la logique politique, territoriale et économique, il serait donc aussi logique d’avoir un RSUE Maghreb + Sahel. Les questions de sécurité (comme de démocratisation) au Niger ou au Mali interférant directement dans la politique des Etats de notre sud-méditerranéen. Et d’avoir un autre RSUE pour la zone Golfe.

(Maj merc 29) Le COPS a approuvé, mardi (28 juin), le principe du mandat, pour la zone couvrant le Maghreb et Machrek mais pas la péninsule arabique. Et, mercredi (29 juin), la Haute représentante de l’UE a proposé officiellement Bernardino Leon pour être son représentant spécial de l’UE pour le Sud Méditerranée. « B. Leon est vraiment un excellent choix dans ce rôle. Il a une énorme expérience de la région et une compréhension incomparable de ces question » a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Lire également : Un proche de Zapatero, représentant spécial de l’UE pour le sud Méditerranée

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).