Yemen : on évacue, on ferme (maj)

(BRUXELLES2) Au Yémen, devant la détérioration de la situation, tous les Etats européens (de l’UE comme les autres, la Russie notamment) ont demandé à leurs ressortissants encore présents de quitter « immédiatement » le pays. Et le mécanisme d’évacuation d’urgence (MIC) de l’Union européenne a été activé, comme l’a précisé la Haute représentante, Catherine Ashton, dans un communiqué diffusé vendredi. La cellule de crise du service diplomatique européen est aussi sur le pont.

(Maj) Il faut préciser que les Etats avaient déjà battu le rappel de leurs ressortissants fin février ou début mars. Il s’agit, ici, d’évacuer les derniers ressortissants encore sur place – il en reste environ 200-250 regroupés dans la capitale – voire les derniers diplomates. Un moyen militaire pourrait être mobilisé, au besoin, si la situation le nécessite. Mais, pour l’instant, selon les dernières informations l’aéroport de Sanaa reçoit encore des avions civils. L’activation du MIC permet cependant aux Etats membres qui le souhaitent de voir leurs opérations d’évacuation, financée à 50% par l’Union européenne.

Plusieurs pays — comme l’Allemagne ou les Pays-Bas samedi — ont par ailleurs annoncé leur décision de fermer « temporairement » leur ambassade à Sanaa et de rapatrier leurs derniers diplomates du Yémen. L’UE est représentée à Sanaa par sa délégation et sept pays y ont une représentation (Allemagne, Bulgarie, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni ; nb : la république tchèque ayant fermé son ambassade). La plupart des pays avaient déjà réduit au strict minimum leurs effectifs après l’aggravation des violences fin mai et le refus du président Saleh de quitter le pouvoir.

C’est la cinquième fois en quelques mois (après l’Egypte, le Japon, la Côte d’Ivoire et la Libye) que l’ordre d’évacuation d’urgence des citoyens européens est donné.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).