Le Centre satellitaire de l’UE chargé de gérer la fin de l’UEO

Le Centre satellitaire de l’UE chargé de gérer la fin de l’UEO

Share

(BRUXELLES2) Les suites de la dissolution de l’Union pour l’Europe occidentale (UEO) seront gérées, à compter du 1er juillet, par … le Centre satellitaire de l’UE

Ce n’est pas la vocation première du Centre de gérer des ressources humaines ; il a davantage pour vocation de faire le recueil et l’analyse de cartes satellites pour les missions de maintien de la paix déployées par l’Union européenne ou pour le compte du service diplomatique (si celui-ci le demande). Mais il fallait bien un organisme qui puisse gérer pour le compte des dix (anciens) Etats membres de l’UEO (Allemagne, Belgique, Grèce, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni). Et le Centre satellitaire est un des deux organismes – avec l’Institut d’études de sécurité à Paris – qui est issu de l’UEO avant d’être rattaché à l’Union européenne.

Le Centre satellitaire, situé à Torrejon (Espagne) se voit ainsi confier certaines tâches liées au personnel de l’UEO: la gestion des pensions des anciens membres du personnel, la gestion du plan social, la gestion du contentieux entre l’UEO et les anciens membres de son personnel ainsi que la mise en oeuvre des décisions de la Commission de recours compétente, l’assistance aux dix États membres dans le cadre de la liquidation des avoirs de l’UEO. Il va devoir recruter le personnel nécessaire pour effectuer ces tâches et bénéficiera d’un budget supplémentaire. Un fonds de lancement de 5,3 millions d’euros va être constitué (somme inférieure au budget annuel de l’ancienne organisation) ; chacun des dix Etats membres étant prié d’avancer au moins un cinquième de sa contribution avant la fin juin.