Première visite officielle européenne à Benghazi… La Pologne marque son entrée

Le ministre à sa descente de l'avion officiel à Benghazi (crédit : ministère polonais des Affaires étrangères)

(BRUXELLES2) Un beau coup ! La visite qu’a effectuée le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, le 11 mai à Benghazi (Libye), au siège du Conseil national de transition, est un symbole important pour la Pologne – qui présidera l’Union européenne à partir de juillet – comme pour le CNT, qui recueille ainsi un label de crédibilité supplémentaire. Le CNT est « reconnu par l’Union européenne et une grande partie de la communauté internationale comme un partenaire idéal des contacts politiques en Libye » a d’ailleurs commenté le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Marcin Bosacki. Nous voulons ainsi « exprimer le soutien politique à la vision du futur de la Libye proposé par le Conseil libyen, avec la construction d’une société et d’un État moderne et démocratique » a-t-il ajouté.

Une première visite d’Etat, avec l’accord de la Haute représentante

C’est la première visite d’Etat d’un ministre du groupe de contact sur la Libye depuis le début du conflit dans ce pays. Un voyage qui a été fait « en accord avec le Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, Lady Ashton, et les alliés de l’OTAN » précise-t-on du coté polonais.  C’est aussi la première intervention publique forte de la Pologne sur la Libye. Le pays étant resté jusqu’ici relativement discret, voire carrément réservé, à ses débuts, à la fois sur l’intervention militaire et le CNT.

Le ministre polonais s’est entretenu avec des représentants du Conseil national intérimaire, dont son président Mustafa Abdul Jalil et a visité un des hôpitaux de la ville. Cette visite a, en effet, aussi été l’occasion d’acheminer de l’aide polonaise pour le traitement des blessés des combats à Misrata et dans d’autres villes.

Le président français, Nicolas Sarkozy avait prévu de se rendre dans la ville avec le Premier ministre Cameron. La visite du ministre polonais des Affaires étrangères, réputé proche des Britanniques (et des Américains), grille cette « première ». Elle est surtout le signe d’une reconnaissance supplémentaire pour le CNT et d’une évolution de la Libye sur le terrain politique.

(crédit : ministère polonais des Affaires étrangères / PAP)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).